La dépêche de l'Aube n°819 du Vendredi 3 juin 2005

Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur XRECHERCHE
Pour rechercher des informations dans le site de La Dépêche de l'Aube et ses archives.
Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur ATOMZ

L’Aube dit non à 57,02 %
La voie est désormais ouverte pour reconstruire avec les autres peuples européens un nouveau traité.
Réaction de la Fédération de l’Aube du PCF

Inscrits Votants Exprimés Non Oui
196149 135370 132171 75358 56813
57,02% 42,98%
Avec 57,02%, le Non progresse dans l’Aube d’un point par rapport au référendum de 1992 sur le traité de Maastricht. Mais il y a treize ans, l’ensemble des parlementaires aubois s’était engagé dans la bataille pour le «Non» alors que cette fois, ils ont tous appelé à voter «Oui» au traité de Giscard. Quel dé-saveu pour la droite de notre département.
Notons encore que sur les 33 cantons , 31 ont rejeté ce projet de constitution libérale avec des résultats variant de 50,78% dans le canton d’Essoyes à 70,7% dans le canton de Romilly qui détient la palme du Non dans l’Aube.
Les résultats des plus grandes villes
et chefs-lieux de canton
Les votes pour le non :Troyes 52,57%, Romilly S/Seine 68,86%, La Chapelle St-Luc 63,12%, Ste-Savine 54,01%, St-André-les-Vergers 51,42%, Pont-Ste-Marie 52,52%, St-Julien-les-Villas 52,16% Bar-sur-Aube 54,Aix-en-Othe 64%, Arcis-sur-Aube 57,47%, Bouilly 58,96%, Chavanges 59,39%, Chaource 62%, Estissac 62,11%, Essoyes 58,76%, Lusigny-sur-Barse 55,49%, Ervy-le-Châtel 59,09%, Marcilly-le-Hayer 64,18%, Méry-sur-Seine 64,57%, Nogent-sur-Seine 59,71%, Mussy-sur-Seine 64,84%, Piney 55,77%, Ramerupt 46,60%, Les Riceys 55,83%, Soulaines 50,6%, St-Parres-aux-Tertres 54,20%, Vendeuvre 61,26%, Villenauxe-la-Grande 64,86%

C’est fait. Les Français ont dit «non». Le résultat est sans appel : une mobilisation électorale franche et massive ; une victoire du "Non" nette et sans bavure. La démocratie a gagné. Le libéralisme a perdu.
Les auboises et les aubois l'ont dit plus fortement encore. Mais comment s'en étonner. Le résultat de la construction libérale de l'Europe, ils le paient au quotidien. L'industrie textile auboise a été décimée par le dumping social et fiscal que l'on nous proposait d'inscrire dans le marbre de la constitution. Les aubois ont dit "Non" malgré l'engagement pour le "Oui" de tous les leaders politiques de la droite départementale. Ce qui démontre là un formidable décalage entre la population auboise et ses élus.
La voie est désormais ouverte pour reconstruire avec les autres peuples européens un nouveau traité. La victoire du "Non" est d'abord le fruit d'une formidable mobilisation populaire, et d'un renouveau politique à


gauche. Elle est un appel à construire au plus vite l'Europe sociale, une Europe de la solidarité, du progrès pour tous, qui refuse la loi de la jungle, la mise en concurrence des travailleurs, le dumping social qui n'enrichit que les détenteurs de gros capitaux.
Ce vote, nos gouvernants doivent l'accepter ou partir. Le changement de cap devra aussi concerner la politique nationale. Après un tel résultat, le pays n'attend pas un remaniement d'équipe gouvernementale mais un changement complet de politique.
Le message adressé par notre peuple à la gauche est lui aussi très clair. Il attend d'elle courage et engagement face aux forces de l'argent. Il répond présent quand elle sait prendre ses responsabilités, comme cela a été le cas dans cette bataille. La force de ce rassemblement, il faut désormais la faire fructifier. La promesse ouverte par cette formidable victoire nous la tiendrons tous ensemble !

Réaction
de Pierre Mathieu Vice-président du Conseil régional

«Je suis satisfait de la netteté des résultats. Ils traduisent le rejet indissociable des politiques nationale et européenne telle qu’elles ont été conduites jusqu’à présent. Je ne suis pas surpris de ces résultats quand on voit comment cette politique a affecté l’Aube, notamment dans le textile. Le message est d’autant plus fort si l’on observe la sociologie : c’est une victoire des ouvriers, des employés, des jeunes et de l’électorat de gauche. Les chefs de l’Etat et du gouvernement portent une responsabilité importante : ils doivent arrêter de persister à mettre en oeuvre leur politique. Beaucoup de citoyens se sont investis dans cette campagne. Je voudrais les appeler à ne pas relâcher la mobilisation, à poursuivre le débat, les initiatives en vue d’une renégociation du traité et d’une politique différente en France.»

De Villepin Premier ministre
Marie-George BUFFET : Une provocation à l’égard de la souveraineté populaire....

La constitution d’un gouvernement Villepin codirigé par Nicolas Sarkozy est une provocation à l’égard de la souveraineté populaire.
«Le premier a été l’un des plus zélés défenseurs du traité constitutionnel. Le second est l’homme de pointe des politiques ultralibérales en France et en europe qui ont été massivement condamnées dimanche. Le Président de la République décide donc de prendre les mêmes et de recommencer pour aller plus loin encore dans le sens du libérlisme. Il ne veut pas entendre le message des Françaises, des Français. 9a suffit ! La parole doit être endue au peuple : il faut dissoudre l’Assemblée

nationale.
Le Parti communiste appelle les femmes, les hommes, les organisations de progrès à se rassembler pour porter dans la rue et dans les urnes les exigences que notre peuple vient d’exprimer : la renégociation du traité ; l’abandon des politiques libérales en France et en Europe ; u,e politique réslue de développement de l’emploi et de la formation ; de croissance des salaires et du pouvoir d’achat ; le développement des services publics, de la protection sociale, des droits des salariés et des citoyens français et étrangers.»

Ligne ferroviaire Paris Bâle


Quel avenir pour cet axe structurant du sud de la Champagne ?
Quelle dynamique d’avenir pour le TER en Champagne-Ardenne ?

Débat public Samedi 4 juin à 14 h 30 Mezzanine du Hall n° 4 du Parc des Expositions (Troyes)
Organisé par le CERESCA dans le cadre de la Foire de Champagne
Avec la participation de :
Pierre Mathieu Vice-président du Conseil régional chargé des infrastructures et des transports
Jean-Marc Longequeue Directeur régional de la SNCF
Marie Delaplace Maître de conférence à l’Université de Reims Champagne Ardenne
Eric Ferron Dirigeant national de la fédération CGT Cheminots
François Grosjean Vice-président de l’association des usagers de la ligne Paris Bâle.

Humeurs...

.....La CHUTE DES IDOLES ou la France iconoclaste (1)
Le peuple français vient d'adopter une nouvelle religion qui met à bas les vieilles idoles. Ainsi nous adorions Jacques Lang, figure de proue de l'intelligence et de la culture françaises, toujours serein, réfléchi, profond, citant Proust et Hugo (2) au chaud de ses discours. On l'a entendu dimanche soir, complètement paumé, stupide, méchant, colère, accusant le NON de gauche d'avoir confondu l'Europe et la France et de s'être acoquiné avec Le Pen. Triste ! La statue de l'apôtre est tombée.
Ainsi nous adorions Chirac, premier Français, le ton toujours mesuré, une personnalité mondiale amie des papes et des chefs d'Etat et qui, pourtant, m'appelait familièrement, moi, Malicette, devant ma petite lucarne, "chère compatriote". On l'a entendu dimanche soir annoncer qu'il donnerait "une impulsion nouvelle et forte à l'action gouvernementale" alors que le peuple venait de lui jeter à la tête son action gouvernementale. La statue du commandeur est tombée.
Ces deux-là ne sont pas seuls. D’autres idoles ont roulé dans la poussière de l’histoire comme MM Hollande, Strauss-Kahn, Sarkozy, Raffarin (déjà bien écornée), Bayrou, et quelques dames, bien en cour.
Les Français sont devenus iconoclastes, on dirait...


Malicette.

(1) Casseur d'images et de statues. NDRC.
(2) Peu connaisseur d'Aragon, jamais cité. Personne n'est parfait.
Ecoutez-voir ...

.....HETEROGENE
Le mot hétérogène est un mot gentil qui cache une vraie méchanceté.
Lang et Cochet, rose et vert, affirment pour masquer leur hargne que le NON est hétérogène. Pas beau ça, un NON hétérogène qui va des gauchistes au F.N ! Ils veulent dire que le NON est disparate, hétéroclite, honteux, dégradant.
Or les Verts ont voté NON à 60 % et les roses à 56 %, votes de gauche qui sont donc devenus eux aussi dégoûtants. Lang et Cochet insultent donc leurs militants.
Quant à ces deux partis eux-mêmes, fort divisés, ne sont-ils pas maintenant tout à fait hétérogènes ?

Courrier des lecteurs

.....Sans ressources, comment régler son rappel d’imposition ?
Jérémy a 23 ans. Un CAP de restauration en poche... mais pas d’emploi, sinon des extras depuis 3 ans 1/2.
Son patron - un restaurateur troyen, ne le fait travailler que l’été (15 heures par jour, 6 jours sur 7). L’hiver, il ne l’emploie que 2 à 3 jours par semaine. De rage, d’être ainsi traité, Jérémy a démissionné. Les «torts» sont de son côté. Il faut subir les mauvaises conditions de travail et de salaire. L’ambiance était détestable, on faisait tout pour qu’il parte. - Sans se révolter -
C’est la loi ! Depuis, il est inscrit à l’ANPE mais ne touche rien.
La situation s’aggrave, en 2003 il a oublié de noter sur sa déclaration d’impôts deux mois d’intérim. Fin 2004, les services fiscaux lui font un rappel de 1449 euros payables en 3 fois. Jérémy se rend à l’hôtel des impôts avec tous ses papiers prouvant qu’il est à l’ANPE, sans ressources. Rien n’y fait. Juste une petite «faveur». Il devra payer en quatre fois. S’il ne règle pas à partir du 15 de chaque mois, il aura des pénalités de retard.
La presse locale a fait état ces dernières semaines d’un «arrangement» qui permettait - après jugement de la cour administrative de Nancy, - à une personne condamnée à verser 2700 euros, d’étaler ses remboursements... sur 36 mensualités.
N’est-ce pas cela la justice à deux vitesses ? «Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous feront blanc ou noir» écrivait La Fontaine.
Les «jugements» de la République n’ont guère changé, semble-t-il.


Marie Demillier ...

Victoire du 29 mai Réactions
Joë Triché, conseiller général de Romilly-sur-Seine Un Non plein d’espoir pour l’Europe, pour la France et pour Romilly.....

Les électrices et les électeurs de Romilly ont massivement rejeté le projet de traité constitutionnel de Giscard : 68,86% pour le «Non»
Cela représente neuf points de plus que le résultat du référendum sur le traité de Maastricht. Au plan national, cette progression est de six points.
Conseiller général du canton Romilly II, je suis bien sûr satisfait que ce canton détienne la palme du «Non» dans l’Aube avec 70,7%. A Romilly, le Oui de l’UMP et de M. Cartelet avec S. Auzols ne représente que 31%. Quel désaveu !
Ce résultat signifie une condamnation sans équivoque du libéralisme mis en oeuvre indissociablement en Europe et en France. Il est l’expression des souffrances multiples et profondes d’un peuple que les dirigeants actuels du pays refusent d’entendre. Mais aujourd’hui, la condamnation est nette. Ils doivent s’y soumettre ou se démettre.
A Romilly, les électrices et les électeurs ont

sévèrement condamné le chômage qui frappe plus de mille personnes et les délocalisations qui affaiblissent notre ville, depuis Maastricht plus de 3000 emplois perdus dans notre secteur. Ils ont aussi rejeté une politique locale qui, comme celle de l’UMP au plan national, s’en prend aux plus faibles en les matraquant de hausses d’impôts et en réduisant les services à la population. C’est pour cette raison que la progression du «Non» sur le référendum de Maastricht est si forte à Romilly. Pour construire de nouvelles perspectives pour l’Europe, pour la France et pour notre ville, il fallait cette victoire du «Non». Maintenant il nous faut continuer. Fort de ce résultat, j’invite toutes celles et ceux qui veulent construire un autre avenir pour eux-mêmes et leurs familles, à se rassembler et à participer aux différentes initiatives que nous allons prendre avec tous ceux, qui à gauche ont permis cette grande victoire. Plus que jamais, l’avenir appartient à ceux qui luttent comme l’a écrit Victor Hugo.

A l'Aube d'une politique nouvelle......

Avec 57,02% dans notre département, les Aubois se sont très clairement exprimés contre la politique du gouvernement, et par là même celle de F. Baroin et pour une gestion non libérale à tous les niveaux.
Les partisans du "oui" auront beau jeu de déclarer qu'il s'agit là d'un vote sectaire et nationaliste, le FN est loin de faire le score du NON. Il s'agit bien d'un vote populaire de rejet d'une politique qui écrase les individus au profit du patronat et des actionnaires. Notre rôle, à nous communistes, est donc bien désormais de confirmer l'essai en le transformant en force de proposition pour une autre politique tournée vers les citoyens et l'emploi, vers l'amélioration de la qualité de vie.
Nous ne manquons pas de propositions justement. Il va nous falloir les offrir au débat, pour que les citoyens français se les approprient, et les imposent aux dirigeants. Nous avons remporté une belle victoire, mais le combat reste entier.
Car ces élections ne se cantonnent pas au strict niveau européen. La politique ultra-libérale du gouvernement est très clairement rejetée! Nos propositions doivent donc se situer à l'échelle nationale, pour changer

radicalement l'économie française d'orientation. De la France du medef, nous voulons arriver à celle des travailleurs.
Mais aussi au niveau local : combien d'Aubois attendent qu'on leur offre enfin une politique qui leur assure à eux et à leurs enfants un avenir avec un emploi et une éducation optimale. Une politique qui n'est pas licenciements, comme pour les salariés de Barbara, mais bien plutôt embauche et salaire décent garantis. La politique du Conseil général est exclusivement orientée vers le profit maximal, la nôtre est dictée par les besoins des habitants. C'est donc dès aujourd'hui, tant que les citoyens sont mobilisés, et avant qu'on ne cherche à les endormir avec des remaniements ministériels bidons, qu'il nous faut construire avec eux l'Aube, la France de l'emploi et des droits sociaux, c'est donc dès maintenant que nous devons organiser le débat avec eux. Communistes, nous sommes à l'origine, avec l'ensemble des progressistes, de la victoire du «NON» de gauche, soyons ceux qui ont permis de bâtir l'Aube sociale.

Jérôme Besson
militant communiste Nogent/Seine

Aspiration démocratique .....
Marie-F. Pautras, Conseillère générale de la Chapelle-Saint-Luc - Les Noës

Loin de se résigner, de se laisser intimider, les électeurs du canton des Noës la Chapelle ont massivement rejeté le traité constitutionnel en l’état. J’en suis heureuse.
Car depuis trop longtemps, ils connaissent le prix à payer au libéralisme : l’insécurité économique et sociale, la maltraitance du chômage et de l’exclusion.
Ils n’ont pas été dupes, ni de l’esprit, ni de la finalité, ni des ambiguïtés sémantiques de cette constitution libérale. Entre le droit de travailler et le droit à un travail et un salaire décent, ils ont perçu la différence. La forte


participation à ce scrutin démontre l’aspiration démocratique du peuple français. Elle redonne de la force pour mener l’offensive contre la politique libérale de Chirac et celle de l’Europe. Pas à pas, il nous faut conquérir la justice sociale, l’objectif du plein emploi, la qualité et le respect de notre service public.
Le Non français porte la volonté de faire advenir pour nos enfants, une Europe de coopération, ou l’économie doit être au service de l’intérêt des hommes et des peuples.