La Dépêche de l'Aube n°770 du Jeudi 23 juin 2004 La Dépêche de l'Aube n°770 du Jeudi 23 juin 2004

La dépêche de l'Aube n°770 du Jeudi 23 juin 2004

/spip.php?article1732

Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur XRECHERCHE
Pour rechercher des informations dans le site de La Dépêche de l'Aube et ses archives.
Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur ATOMZ

Assurance maladie
La réforme Douste-Blazy casse notre sécurité sociale solidaire, engraisse les assurances privées et fait payer les assurés sociaux

Mesures de Douste-Blazy
Un forfait d'un euro pour chaque consultation, non remboursable par les complémentaires.
Augmentation du forfait hospitalier pendant trois ans avec un euro
de plus immédiatement, ce qui le porte à 14 €.
Poursuite des déremboursements : le remboursement des médicaments se fera sur la base du prix du générique le moins cher.
Obligation de passer d’abord par un médecin traitant avant d’aller chez un spécialiste. Sinon, le remboursement ne sera que partiel.
Instauration du dossier médicalisé informatisé. Le patient devra en autoriser l’accès aux médecins pour être pris en charge par la Sécu.
Chasse aux arrêts maladie abusifs avec sanction des médecins et remboursement des indemnités journalières par les assurés.

Mesures de financement
Augmentation de la CSG pour les salariés : une ponction de 1 milliard d'euros :
Pour les retraites : 560 millions d'euros ;
Prolongement de la CRDS jusqu'en 2014.·
Augmentation de la contribution spécifique de solidarité des entreprises de 0,03 %.

réforme de la gouvernance
Création d'une Haute autorité de santé publique nommée par l’Etat pour évaluer l'utilité médicale des produits de santé avant remboursement.
La direction de l'assurance-maladie par un conseil composé en nombre égal par les représentants des assurés sociaux désigné par les syndicats et les délégués employeurs.
Un directeur nommé pour 5 ans par l’Etat.
En concertation avec les assurances complémentaires (mutuelles et assurances privées), les caisses d’assurance-maladie définiront le niveau de remboursement.


Commentaires du PCF
Ce n'est qu'un début, le forfait risque d'augmenter encore.
En 1984, lors de sa création, il était de 3 €. En vingt ans, 433% d’augmentation !
Si un médicament est efficace, il doit être remboursé à 100 %.
S’il ne soigne pas, il doit être retiré de la vente.
Ceux qui pourront payer accèderont quand ils voudront aux spécialistes qui pourront ainsi pratiquer des dépassements d’honoraires
Consigner toutes les données médicales sur Internet risque fort d’être une véritable usine à gaz, totalement inutilisable. C’est une grave atteinte aux libertés individuelles. A qui serviront-elles ? Aux assureurs ?
Aux banques pour un crédit ? Aux employeurs ?
Aucune contrainte pour les entreprises qui mettent en danger la santé de leurs salariés !


Financement essentiellement supporté par les assurés sociaux, symbolique pour les patrons. La CSG est un impôt inéquitable :
88 % proviennent des revenus du travail.
C'est la fin de la Sécurité sociale gérée au moins en partie par les représentants des salariés sociaux.


C’est le refus de l’élection des administrateurs par les assurés sociaux et, au contraire, les pleins pouvoirs à un directeur nommé par l’Etat.
Désormais, la sécu, les mutuelles et les assurances définiront ensemble ce qui sera remboursé et ce qui ne le sera pas.
Les compagnies d’assurances privées entrent avec les mutuelles dans la gestion de la sécu.
La privatisation est en marche
On comprend la joie du MEDEF !


LA DEFENSE ET L'AVENIR DE LA SECURITE SOCIALE : REUNION PUBLIQUE A LA MAIRIE DE BAR SUR SEINE

Pour en DEBATTRE et AGIR ENSEMBLE, la Section barséquanaise du PCF et les élu(e)s communistes du Conseil municipal invitent la population à UNE REUNION PUBLIQUE VENDREDI 2 JUILLET 2004, 20 h 30 MAIRIE DE BAR SUR SEINE, avec la participation de Joë TRICHE, Conseiller général

La Résistance
Importantes cérémonies à Saint Mards en Othe

À Saint-Mards en Othe, le Comité du Pays d'Othe de l'ANACR présidé par Fernand Ibanez a inauguré dimanche, le Chemin de la Mémoire pour commémorer les combats du maquis de St Mards, La Rue Chèvre et La Mivoie.
Une exposition du plus haut intérêt, dans la mairie de Saint-Mards, retraçait les étapes de ces combats : 21 panneaux pour faire revivre aussi la création du CNR (Conseil National de la Résistance), les figures des héros, les massacres de Creney, etc.
Un forum de rencontre et de discussion était organisé le samedi en mairie pour débattre des leçons de la Résistance. Pour animer ce débat Fernand Ibanez, président organisateur, Sébastien Touffu, titulaire d'une maîtrise d'histoire sur la Résistance en pays d'Othe, délégué de la Commission de la Mémoire de l'ODAC, Jean Lefèvre, notre camarade, Gilbert Couillard, Résistant, et dans la salle de nombreux Résistants tels Henri Planson, Daniel Petit, André Garnier (dit Fendlair) ou Moïse Brochard, Raymond Clivot, Roland Nigond

et sa femme née Josette Ripoll. Notons dans la salle la présence de Me Mathieu, bru des fermiers assassinés et d'Annie Collombet la nouvelle secrétaire des " Amis "
Le souvenir de Betty DiÉ, ancien maire d'Estissac, fut évoqué par F.Ibanez et par des textes et des photos qui retraçaient sa vie courageuse.
La journée du dimanche fut consacrée entièrement aux inaugurations et aux commémorations :dépôts de gerbes au cimetière de St Mards, circuit de la Mémoire à partir de Nogent en Othe, découverte de la stèle commémorant les combats au bois de Villiers, rassemblement à La Mivoie, allocutions des personnalités , retour par la Rue Chèvre et la ferme Mathieu où furent assassinés ses occupants.
Ces importantes cérémonies qui correspondent au 60e anniversaire de la Libération marquent la volonté des Résistants de montrer qu'ils purent par leur engagement courageux constituer un deuxième front qui aida grandement les offensives alliées.

LDA

Humeurs

Décharge
Les magasins Leclerc cherchent des jeunes pour nettoyer la nature. Ils ont écrit aux associations pour les inciter à être "séduites par l'opération". Et comment ne le seraient-elles pas ? "La nature a salement besoin d'un coup de propre" dit le tract incitatif. Et en effet, que vont trouver nos petits jeunes dans les fossés, sur les plages, le long des chemins de montagne ? Ils vont trouver du plastique Leclerc, du sachet Leclerc, du container, de la bouteille, du paquet, de l'emballage Leclerc.
Pour ces opérations de nettoyage, bénévoles, bien entendu, (et le geste n'en est que plus beau !), Leclerc ne paie rien, ne garantit rien, n'assure rien, mais s'assure une bonne pub en recueillant les honneurs de l'opération. Il décline toute responsabilité et "ne répond nullement des dommages ou pertes de toute nature que l'organisateur local pourrait subir". Il en avise les volontaires en assez gros caractères sur le bulletin d'inscription et il appelle ça "Avis de décharge".
Avis de décharge ! Ça ne s'invente pas

Malicette

Agression contre les locaux du PCF et de la Dépêche de l’Aube

Le siège de la Fédération de l'Aube du Parti Communiste Français et les locaux de l'hebdomadaire La Dépêche de l'Aube ont été victimes ce week-end de dégradations. La vitrine a été brisée à coups de parpaing et les murs souillés de graffitis fascistes.
Dans le climat de haine raciste qui traverse aujourd'hui la France, on peut facilement rapprocher cet acte de vandalisme de tous ceux qui visent les cimetières, les lieux de culte, les monuments en souvenir des victimes de la Seconde Guerre mondiale, les locaux d'organisations anti-racistes…
C'est un acte intolérable contre notre Parti et notre hebdomadaire dont on connaît aujourd'hui comme hier ses positions et ses combats contre l'intolérance. Il est inquiétant de constater qu'une organisation qui sème la haine dans notre pays peut sévir à tout moment et n'importe où, et pour preuve dans notre département.
Plainte a été déposée.
Nous appelons tous les démocrates à la vigilance.


La Dépêche de l’Aube, Jean Lefèvre Directeur
La Fédération PCF JP Cornevin, Secrétaire départemental

10 - 11 - 12 septembre 2004
Fête de l’Humanité
Vignette bon de soutien en vente au siège de
La Fédération de l’Aube du PCF
15 € pour soutenir l’Humanité
et participer aux trois jours de fête
/spip.php?article1732