La Dépêche de l'Aube n°768 du Jeudi 10 juin 2004 La Dépêche de l'Aube n°768 du Jeudi 10 juin 2004

La dépêche de l'Aube n°768 du Jeudi 10 juin 2004

/spip.php?article1732

Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur XRECHERCHE
Pour rechercher des informations dans le site de La Dépêche de l'Aube et ses archives.
Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur ATOMZ

Jean-pierre Cornevin sécrétaire général de la fédération du parti communiste français dans l'Aube

Editorial :
Europénnes 2004
Dimanche, pour déjouer le piège, il faut aller voter !

Tout aura été mis en oeuvre pour que les citoyens de notre pays boudent les urnes des élections européennes. Une campagne électorale à ras les pâquerettes, sans débat de fond sur les véritables enjeux. Une Europe derrière laquelle se retranchent les politiques pour mieux se dédouaner à bon compte de tous les ravages industriels que l'on connaît. Un énième charcutage électoral qui divise la France métropolitaine en sept grandes régions qui ne facilite pas loin s'en faut la lisibilité politique de cette élection. Un projet de Constitution pour l'Europe écrit par Giscard d'Estaing qui va amplifier la mainmise du libéralisme politique et économique sur les 25 pays concernés et sur lequel tous les partis, de l'UMP à l'UDF, du PS aux Verts en passant par le MEDEF se retrouvent en accord. Pour mieux tromper le peuple, son adoption est repoussée après les élections des fois qu'informé de cet élément majeur il lui vienne l'envie d'élire en nombre, des députés européens décidés à résister à cette Europe libérale. Oui tout a été fait pour que cette élection paraisse anodine aux yeux des gens, et pourtant. C'est au nom des directives européennes que le pouvoir de droite réduit les moyens aux hôpitaux, aux écoles, à la poste, aux logements, aux transports, aux équipements, impose la mise en concurrence et la privatisation des services publics. C'est au nom de la Constitution européenne de Giscard que demain la majorité parlementaire européenne, qu'elle soit conservatrice ou sociale-démocrate poursuivra la mise en concurrence


des ouvriers européens entre eux, accélèrera les délocalisations et démantèlera les droits sociaux chèrement acquis depuis la libération que sont le Code du travail ou la Sécurité sociale.
Dimanche, nous avons tous le pouvoir de déjouer ce piège en allant voter massivement pour la liste présentée par le PCF : «l'Europe, oui mais pas celle-là !»
Ces dernières années de grandes manifestations populaires où se sont côtoyés anticapitalistes et alter mondialistes, ont été porteuses d'une autre conception de l'Europe. D'une Europe de progrès social, d'une Europe faite avec et pour les peuples. Ces hommes et ces femmes, militants syndicalistes, associatifs, des droits de l'homme, anti-racistes, communistes ou non, se sont rassemblés pour cette élection européenne à l'initiative du PCF pour dire : «l'Europe, oui mais pas celle-là!». Dans notre région, le vote pour cette liste sera le seul vote pour celles et ceux qui veulent repousser l'Europe des marchands, l'Europe de la régression sociale et donner l'espoir à une Europe de progrès.
La mobilisation des communistes, de tous les progressistes aubois va être déterminante pour faire élire une députée porteuse de ces valeurs dans notre région. Je compte sur vous !


JP Cornevin

Elles - Ils vous appellent à voter pour la liste menée par Fabienne Pourre : “l’Europe oui, mais pas celle là !”

Parmi les signataires de l’appel :
L. Adenin - mutualiste, E. Alonso - avocat, R Barthélémy - conseillère municipale de Romilly, C. Beau - syndicaliste, M. Berthy - syndicaliste EDF, S. Bonnevie - enseignant, D. Bourbon - retraitée- syndicaliste, Y. Bouteiller - Conseiller municipal de Romilly, P. Briolet - retraité EDF - syndicaliste, A. Buathier - psychologue, D. Cadet - animateur sportif, B. Champagne - Conseiller municipale de La Chapelle-St-Luc, A. Cheik - privée d'emploi, G. Clochette - artisan retraité, M. Cognon - militant d'association de défense des privés d'emploi, JP Cornevin - secrétaire départemental du PCF, F. Cuisin - syndicaliste SNCF, G. Cure -retraité de l'enseignement, J. Dollat - aide-soignante - Conseillère municipale Bar S/Seine, D Doucet - retraité - syndicaliste, G Fréliger - militant associatif, J. Georgel - syndicaliste EDF - membre du Conseil économique et social Champagne-Ardenne, D. Gérard - retraité EDF - syndicaliste, Ch. Gervais - retraitée textile, S. Gimenez - employé CAF, B. Grapotte - Conseiller municipal de Bar s/Aube, J. Hampe - syndicaliste - Conseiller municipal de Brienne, P.A Hubert - étudiant, R. Jourdheuille - retraitée, R. Labbé - Maire adjoint de Ste Savine, F. Lambert - enseignante - syndicaliste, JH. Lange - cheminot, Ch. Latrasse - syndicaliste, J.J. Laurent - Maire de Javernant, J. Lefèvre - président d'association,

R. Leloup - Conseiller Municipal de Bar s/Seine, Y. Léonet - syndicaliste Kléber - Conseiller municipale de Ste Savine, L. Levasseur - Conseiller municipal de Nogent, R. Levasseur - responsable d'association de défense de locataire, P. Lucani - syndicaliste - textile, A. Macloud - syndicaliste Atoss, P Mathieu - Vice Président du Conseil Régional, Danièle Mathieu - psychomotricienne, Françoise et Louis Mériaux - Nogent S/Seine, PH Millot - syndicaliste France Télécom, B Moreau - militant associatif, Ph. Morel - salarié France Télécom, Monique et Bernard Moretto - Conseillers municipaux de Chaource, D. Morin - syndicaliste SNCF, J. Moroy - employé, L. Moulin - ancien Maire adjt de la Chapelle St Luc, F. Orthwein - syndicaliste, MF Pautras - Conseillère générale, C. Petiot - syndicaliste, H. Planson -président d'association, J. Pochinot - militante syndicale - retraitée, G. Ponti - syndicaliste SNCF, F. Potot syndicaliste EDF, JP Querré - syndicaliste, P. Rahon - Conseiller municipal de Brienne, M. Renaud - retraité-syndicaliste, D. Robin - syndicaliste, J. Seghetto - Maire adjoint, G Sené - syndicaliste SNCF, P. Séné retraité - syndicaliste, D. Trévisan- militante associative, G. Triché - retraitée textile, J. Triché - Conseiller général, R. Triché -président d'association de défense de locataire, J. Vagner - retraitée, Ph. Vagner - retraité, D. Venuat - syndicaliste SNCF, JC. Wicky - Salarié France Télécom.

Bar-sur-Aube - Romilly - Troyes : 1500 manifestants, contre la privatisation de l’assurance maladie.
De la rue aux urnes
Pour une Sécurité sociale solidaire
Sur notre photo, Catherine Mills au cours d’une récente conférence de presse qui s’est déroulée à Troyes.

L’objectif de Douste-Blazy est clair : remplacer notre Sécurité sociale solidaire par un système marchand en faisant entrer les assurances dans la gestion de l’assurance-maladie.
Le marché mondial de la santé
-3 500 milliards de dollars- aiguise les appétits des prédateurs de la finance, du Medef ainsi que de leurs serviteurs Raffarin et Douste-Blazy.
Les assurances s'engraissent, les assurés sociaux trinquent
Ne nous y trompons pas. L'objectif du gouvernement n'est pas de résoudre le déficit de la Sécu mais de faire payer toujours plus les assurés sociaux.
D'un côté, 15 à 16 milliards d'euros de restrictions des dépenses de santé sur le dos des salariés et des retraités qui vont payer le prix fort : déremboursements, augmentation du forfait hospitalier, forfait d'un euro par consultation, augmentation de la CSG et allongement de la RDS…..
De l'autre côté, la contribution des entreprises ne sera que symbolique (0,03 % sur la contribution spécifique de solidarité).
Le gouvernement Raffarin répond ainsi aux exigences de l'Europe libérale : il diminue les dépenses publiques, exonère les entreprises de toutes charges sociales.
La privatisation de la santé en marche
Les soins coûtant de plus en plus cher aux familles, ceux qui le pourront financièrement prendront une assurance privée. Pour les assurances, il n'y a que des clients qui achètent un niveau de protection selon leurs moyens ; tous les automobilistes ont intérêt à avoir une assurance tous risques. Beaucoup ne se payant qu'une assurance tierce collision et quand l'accident est là, il est trop tard.
Il est facile d'imaginer les dégâts lorsqu'il s'agira de notre santé !
Pire, Douste-Blazy fait entrer les assurances dans la gestion de l'assurance-maladie. Elles participeront aux décisions de ce qui est remboursable ou pas.
Parallèlement, le plan Hôpital 2007, c'est la généralisation de la loi du profit à l'hôpital. Les grands groupes des cliniques privées vont s'emparer des secteurs les plus rentables de l'hospitalisation.

Le MEDEF se félicite de cette réforme
Pour la faire accepter, Douste-Blazy culpabilise assurés sociaux et professionnels de santé. Trop de soins ! Trop de congés maladie ! Le seul à n'être responsable de rien, c'est le Medef ! Qu'importent les conditions de travail, l'usage de produits toxiques, le chômage, la précarité !
Besoin d'une réforme progressiste de la sécu
Pouvoir accéder à un haut niveau de santé en développant la prévention et en donnant à tous les moyens d'avoir accès aux meilleurs soins est un droit pour notre peuple et tous ceux de la planète. Un tel objectif nécessite d'avoir le courage de s'attaquer au capitalisme. C'est pourquoi le Pcf propose d'augmenter la cotisation patronale, de développer l'emploi avec une modulation des cotisations patronales permettant de faire la différence entre les entreprises qui embauchent et celles qui spéculent, de taxer les revenus financiers.
De la rue aux urnes, mettons en échec Douste-Blazy et Raffarin
Les rassemblements du 5 juin ont été un acte fort pour refuser la réforme de Douste-Blazy.
Le Pcf vous propose de confirmer cet acte par votre vote le 13 juin.
Le 21 mars, a sanctionné lourdement le gouvernement et a contribué à faire gagner les "recalculés", à faire avancer la lutte des intermittents, à faire interdire les expulsions.
Le 13 juin sera une étape forte pour la lutte pour une sécurité sociale solidaire. En votant :
"l'Europe, oui. Mais pas celle-là !".
Avec le soutien de Marie-George Buffet
lvous refuserez la constitution ultra-libérale de Giscard ;
lVous défendrez les valeurs de solidarité, d'égalité et de justice en France et en Europe ;
lVous voterez vraiment pour une Europe sociale, démocratique, de paix.


Joe Triché

Humeurs

Reagan ricane
Reagan est mort. Tout ce que la planète compte de réactionnaires a versé des larmes, des larmes de crocodile, car le crocodile, tout le monde le sait, n'a pas de vraies larmes. C'est du mouillé pour de rire. La preuve quand le Crocodile de chez Devanlay vire ses ouvriers, il vient pleurer devant eux pour leur dire que c'est pas lui qui les vire, c'est la conjoncture.
Pour vanter les mérites de Reagan, casseur du communisme, on est allé chercher un bout de discours de Gorbatchev qui disait que Reagan, et bien, il lui avait causé, tout Reagan affreux qu'il était. Et c'est vrai, juste avant de lui casser les pattes, on aime rassurer un canard boiteux.
Les réacs français ont saisi la nouvelle de cette mort avec volupté, à 8 jours du scrutin européen. Voilà un homme qui avait réussi à baisser les impôts aux E.U, chose que n'étaient pas parvenus à réaliser ni Juppé, ni Raffarin malgré les encouragements de Le Pen.
Certains de nos lecteurs froncent le sourcil. C'est bien de baisser les impôts, Malicette, tu ne trouves pas ? Non, je réponds. Et je réponds non parce que d'abord j'aime bien les titiller les copains. Il y en a qui ont la comprenotte à ras du porte-monnaie. C'est bien pour les riches, la baisse des impôts, je leur fiche dans les dents. Et là, ils comprennent tout de suite. Parce que si l'état baisse les impôts des riches, il faut qu'il s'y retrouve quelque part, l'état. Alors, il augmente les petits impôts minuscules et invisibles, comme la TVA inventée par la droite et la CSG inventée par Rocard, et l'euro médical inventé par Douste-Blazy. Ce sont les pauvres qui en paient le plus vu que les pauvres se comptent par millions et les riches par petites familles pas nombreuses.
C'est Reagan qui rigole dans son mausolée. -Mes idées font du chemin. Il y a encore du pauvre à grignoter, il ricane..

Malicette

BLAINCOURT Pique-nique militant

Samedi 26 juin à partir de 12 h 30
à BLAINCOURT
Pique-nique militant
Samedi midi et soir
Possibilité de camper sur place
Prix : 12 € par personne - de 10 ans : 8 €
Une initiative organisée par la section
du PCF de Brienne- le-Château
Réservation et inscription
à adresser : PCF - 22 ter av. A. France - TROYES

Comités de résistance et d’avenir de la Sécurité sociale ça se précise

Après la venue dans notre département de Catherine Mills, économiste, initiatrice de l’appel «contre la privatisation de l’assurance maladie», les comités de résistance et d’avenir de la Sécurité sociale se mettent en place.
A Romilly, Joë Triché, Conseiller général s’est adressé à une cinquantaine de personnes pour les inviter à une première réunion jeudi 17 juin à 20 H au siège du PCF 66 rue de la Boule d’Or. Dans ce courrier, il rappelle que «l’Hôpital de Romilly comme tous les hôpitaux» se heurte à la politique de gestion comptable des dépenses

de santé initiée par le plan Juppé en 1995 et qui n’a jamais été remis en cause depuis. Si notre système de santé et d’assurance maladie ont besoin de réforme, ce n’est pas de celle du MEDEF indique-t-il encore. Toutes les personnes intéressées par cette initiative peuvent bien évidemment y participer.
D’autre part, les sections du PCF de Brienne-le-Château et de Bar-sur-Aube ont décidé de travailler ensemble sur cette question. Elles viennent d’écrire à deux cent personnes pour leur faire part de cette initiative en construction. Deux exemples qui, sans aucun doute, ne vont pas tarder à faire des petits.

Une semaine de découvertes
La vie artistique auboise est d’une richesse exceptionnelle

COLETTE : La Maison du Livre de Saint-André a mis en valeur le personnage de Colette, écrivain célèbre pour ses textes et pour ses frasques, morte en 1954 ? Colette est la coqueluche de la nouvelle directrice de la bibliothèque, Me Pascale Martre. On la comprend et on la remercie de nous faire partager son enthousiasme. Elle avait réalisé une exposition très remarquée, et invité la Strada à lire des extraits de l'œuvre savoureuse de cette femme aux talents multiples (comédienne, journaliste, esthéticienne et…écrivaine, bien entendu). Le public a pu remarquer une fois encore le talent de François Cancelli et Catherine Toussaint ainsi que celui du pianiste Thierry Collin, inventeur de formules harmoniques délicieusement contemporaines.
LA MADELEINE : Cette scène conventionnée a programmé de nouveau, durant la saison, de nombreux spectacles dont il faut saluer la diversité de ton et de styles, saluée par de nombreux spectateurs et le comédien Christian Brendel (1).
Notons le Diable en partage de Fabrice Melquiot mis en scène par la Comédie de Reims CDN et qui fut le point fort de la saison. Notons encore le Canard sauvage d'Ibsen une coproduction franco-suisse.
Un beau spectacle de ballets, soutenu par le Théâtre de la Madeleine, fut donné au Centre Culturel chapelain : "Fragmentos de Esperanza" par la Cie Icosaèdre venue de Reims et du Mexique !
(1) Les échos de la scène, Gazette N° 1, juin 2004.
PACKO-BARBIER :
L'association Aube Musiques Actuelles organise de nombreux concerts à l'Espace Cité. Le genre préféré de ces organisateurs est le jazz, le rock ou la chanson de qualité. Celui du 3 juin programmait le Q'artet de Fabien Packo et Manu and Co, troïka sonore équipée de la prima donna Emmanuelle Barbier. Ces 2 formations qui se ressemblent beaucoup (2) débordent de swing, d'invention et d'humour. Il faudra que les Troyens se fassent une raison, Fabien Packo est parti pour une grande carrière. Ce talent local s'investit dans le global et réussit aussi bien dans le musette "French touch", que dans le jazz, l'accompagnement, l'enseignement. C'est le fruit du travail, de la curiosité et de l'éclectisme.

Quant à Emmanuelle Barbier, apprentie institutrice pour le moment, elle monte sur scène pour défier l'intermittence. Les carrières de fonctionnaire sont moins aventureuses que les gagne-pain artistiques plus audacieux. Emmanuelle s'est investie dans la chanson rénovée plutôt que neuve. Elle transforme chacune d'elle en l'estampillant Barbier. Elle navigue entre Vian, Lemarque, Bourvil et Verdi. La Calas en pâlit de jalousie. Elle assure comme on dit. Présence, charme, élégance, sensualité, diversité, humour, une gousse vanillée de sensualité, une brioche de talent.
(2) F.Packo à l'accordéon, René Pierre Adam à la guitare et au sax, Serge Muraux à la basse dans les 2 formations. Thierry Descamps à la guitare dans le q'artet.
DÉPORTATION :
L'association pour la mémoire de la déportation qui tenait son congrès national ce week-end à Pont Ste Marie a réaffirmé son désir de s'appuyer sur des actions culturelles pour transmettre le souvenir. Elle a récidivé samedi soir en offrant poèmes, chansons et danses au Théâtre de la Madeleine. Parce que ce qu'ils font est simple, juste, fraternel, pertinent, les Octaves, sont toujours aussi émouvants. Ils ont repris, agrémentés par de nouvelles complaintes, des chants de la déportation qu'ils avaient déjà, il y a bien longtemps, mis en scène avec Mouloudji. L'émotion est assurée. Pour les accompagner, F. Packo étant absent, ils avaient demandé à Jacky Lignon, autre bête de scène, de les accompagner à l'accordéon électronique, instrument bâtard qui tient de l'accordéon et de l'orchestre. Cet artiste auxerrois fait partie d'une nouvelle race d'accordéonistes qui refusent le gros musette qui tache et les concessions aux mauvais goût qui ont tant fait de mal à l'instrument. Donc, il a dans sa boîte à soupirs, de la virtuosité, du jazz, des idées et des soupirs car il ajoute à la voix du biniou sa propre voix, pacs étonnant qui rappelle les scats de Slam Stewardt ou Daniel Mille.
Autre remarquable prestation, celle des ballets de Troyes gymnique dirigés par Eric Coll dont le travail permet de comprendre toute la vie secrète enrichissante et active des associations.


J.L..

/spip.php?article1732