La Dépêche de l'Aube n°767 du Jeudi 3 juin 2004 La Dépêche de l'Aube n°767 du Jeudi 3 juin 2004

La dépêche de l'Aube n°767 du Jeudi 3 juin 2004

/spip.php?article1732

Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur XRECHERCHE
Pour rechercher des informations dans le site de La Dépêche de l'Aube et ses archives.
Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur ATOMZ

Fabienne Pourre en campagne dans l’Aube a rencontré les cheminots de Romilly, les salariés de Cycleurope et de chez Petit Bateau à Troyes, ainsi que les agents de l’hôpital des Hauts-Clos.

Elections européennes
Marie-George Buffet :
la gauche ne peut être qu’antilibérale

La dirigeante du PCF et Francis Wurtz ont présenté les propositions des listes l’Europe, oui. Mais pas celle là !
"Je lance un appel à la gauche pour qu'elle se ressaisisse. Je lance un appel au peuple de gauche pour qu'il la ressaisisse : je voudrais dire au Parti socialiste et aux Verts que la gauche doit se reconstruire sur des bases nettement antilibérales, elle ne doit pas renoncer à la transformation sociale, elle ne doit pas renoncer à un autre monde.
C'est pour cela qu'il faut s'inscrire en rupture avec le moule libéral de l'Europe ! " En présentant les propositions des listes mises en place par le Parti communiste, L'Europe, oui. Mais pas celle-là !, Marie-George Buffet, secrétaire nationale du PCF, a lancé cet appel au PS et aux Verts. Un appel motivé par leur choix en faveur du projet de constitution " même amendé " proposé par Valéry Giscard d'Estaing.
À quelques jours des élections, la secrétaire nationale du PCF explique le faible niveau du débat. "Dans les dernières 48 heures, indique-t-elle, nous avons entendu l'UMP et le PS présenter leurs propositions pour l'Europe. Elles se veulent divergentes, mais ni les unes ni les autres ne remettent en cause fondamentalement le socle sur lequel elle se construit, la politique libérale du traité de Maastricht ; et la camisole qu'on veut lui passer, le projet de constitution de Giscard". Elle dénonce violemment les positions de l'UMP et d'abord à propos du débat sur l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne. "L'UMP dit non à l'entrée de la Turquie en prétextant une union basée sur des intérêts et des valeurs identiques " dénonce-t-elle. Ainsi, avec les Turcs, nous n'aurions pas les mêmes valeurs ? "Et Marie-George Buffet qualifie de " dérapage" la volonté affirmée par l'UMP de construire " une Europe européenne ". "Comme si c'était plus acceptable que de vouloir bâtir une France française !" s'indigne-t-elle. Pour la dirigeante communiste, l'UMP qui parle d'Europe puissance, conçoit l'Europe sur le modèle américain.
À l'égard du PS, la critique formulée par le Parti communiste est sévère.
À son mot d'ordre de campagne "Et maintenant, l'Europe sociale ", Marie-George Buffet pose trois questions."Mais que ne l'ont-ils réalisée plus tôt ?" demande-t-elle, rappelant que le PS et ses amis ont été à la tête de onze gouvernements sur quinze sans modifier l'orientation de la construction européenne.


"Avec qui vont-ils réaliser l'Europe sociale ?" s'interroge-t-elle ensuite en notant que "Blair et Schröder font la politique de Raffarin" et qu'en Espagne, le nouveau premier ministre a nommé comme ministre des Finances, l'ancien commissaire européen chargé du pacte de stabilité, Pedro Solbes, "un modèle d'orthodoxie libérale". Et surtout, la secrétaire nationale demande comment "on peut promettre une Europe sociale et être favorable à une constitution libérale". C'est de ce point de vue qu'elle traite de "voeux pieux" l'essentiel des propositions avancées par le PS, sur les services publics en particulier.
Marie-George Buffet, aux côtés de Francis Wurtz qui conduit la liste en Île-de-France, souhaite que la campagne électorale permette un vrai débat sur le projet de constitution. Elle dénonce le fait que cinq jours après le scrutin, les chefs d'États se rencontrent pour se mettre d'accord sur le projet. "Nous avons des propositions pour renverser les logiques européennes. La première est évidemment de refuser la constitution. Nous voulons un nouveau traité." Marie-George Buffet et Francis Wurtz présentent les onze grandes propositions avancées par les listes L'Europe, oui. Mais pas celle-là !
11 propositions pour changer l’Europe
Au coeurs de ces propositions, la protection sociale et surtout une sécurité d'emploi et de formation, la diminution du temps de travail dans toute l'Europe, l'harmonisation par le haut des droits sociaux, le choix de développement des services publics. Les droits humains au centre également de ce projet européen, ainsi la lutte contre les discriminations entre les hommes et les femmes, les droits de vote des migrants, le développement de la démocratie participative.
Le projet européen est celui de la paix, d'une rupture avec la logique atlantiste, du codéveloppement et d'un ordre mondial juste. Pour cette autre Europe possible, Marie-George Buffet rappelle que sur les listes L'Europe, oui. Mais pas celle-là ! figurent de nombreux acteurs du mouvement social et des syndicalistes. Elle avance quatre raisons de voter pour ces listes : repousser la constitution libérale ; faire entendre dans les urnes le mécontentement et les aspirations qu'on peut percevoir dans la rue et dans la société ; battre une nouvelle fois la droite et dire non à toutes les politiques libérales ; ouvrir à la gauche la possibilité de se changer, de se reconstruire sur des bases vraiment antilibérales

Nos lecteurs nous écrivent
Musée départemental de la Résistance et de la Déportation

Suite à la lettre ouverte adressée par M. Joë Triché, Conseiller général de Romilly-sur-Seine au président du Conseil général de l’Aube, M. Ph. Adnot, je voudrais apporter les arguments qui sont en faveur de l’implantation du musée de la Résistance et de la Déportation de l’Aube à Troyes ou sur l’agglomération. Car M. Adnot semble bien ignorant sur la création de la Résistance dans l’Aube.

Tous les réseaux qui fonctionnaient étaient à Troyes ou sur l’agglomération troyenne, pour certains depuis 1941-42-43.
La liste ci-dessous énumère les différents réseaux avec les principaux responsables afin de limiter la longueur de cet article.
Ceux de la Libération Vengeance : Georges Wauters - Paupe - Potron.
Libération-Nord : Gabriel Thierry compagnon de la libératgion - Rincent - Manser - Henriot - Montenot.
Réseau Abélard : lieutenant Pierre Mulsan (décédé en déportation)
Réseau Hector : - Mathelin - Solivellas - Pierre Férat.
Réseau Samson : lieutenant Dalit ; Hughes Portallier agent du second bureau pour le S.O.E et le B.C.R.A qui était le responsable du poste émetteur tenu par un agent des S.O.E Anglais
Réseau des commandos M : début 1942, arrivée du commandant Conburn dit Germain qui fusionna les réseaux Abélard - Hector - Samson et créa les commandos M. avec Pierre Dupont dit commandant Yvan - Jeanny - Manser - Thourault
Réseau des opérations aériennes : Dr. Behl dit Mozart - Raynaut dit Francoeur - Edouard Baudiot dit Marius - Guenin dit Eden - Gabriel Couillard dit Bihel - Fernand Ibanez dit Nando et le groupe du Barséquannais avec Roussineau - Valschade - Lucien Maitre - Georges Diligent avec ses deux fils André et Pierre.
Réseau FTPF dit le Centre : Jean Vantalon - Pierre Murard - Jean Baali - Gaston Thullier - Pierre Chuchu - Michel Freud - Gaston Gagnière - Petry

Réseau Résistance-Fer : Créé en mai/juin 1943 à la demande du général Koening commandant en chef des Forces françaises combattantes (F.F.C.) formé en partie avec Potron-Montemont-Baudry-Conin venant du C.L.V, Gabriel Thierry - Henriot de Libé-Nord, Leveau - Aubin - Petit - Bernard.
Duval Paul dit Leloup responsable de la liaison Paris-Nancy, André Debost gendarme de St Julien les Villas et agent de liaison dont la brigade entièrement dévouée à la Résistance.
Tous ces réseaux ont opéré sur l’agglomération troyenne dès 1941-42-43 et 44. Ensuite des groupes ont émigré vers d’autres villes et villages, bien avant la constitution du Maquis Mussy-Grancey qui a commencé à recruter les volontaires à partir du 20 juin 1944 soit 15 jours après le débarquement des troupes alliées en Normandie.
Donc le musée de Mussy ne représente que le Maquis de Mussy-Grancey mais ne peut se prévaloir de toute la Résistance auboise.
Par ailleurs, M. Deroin se répand sur le canton de Mussy en annonçant la fermeture de ce musée et son déplacement à Troyes, ce qui est totalement faux car ce musée du Maquis de Mussy est très bien là !
L’Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance demande donc l’implantation du musée de la Résistance et de la Déportation sur l’agglomération troyenne pour symboliser la Résistance des Réseaux Aubois et d’une lutte bien antérieure à la constitution du Maquis Mussy-Grancey.

 

André Conin agent P.1 dit Coco Aslan du réseau Résistance/Fer, matricule 78759 des Forces françaises combattantes, médaille militaire, croix de guerre avec Etoile Argent, médaille de la Résistance, croix du combattant volontaire 40/45, carte du combattant volontaire de la Résistance n° 061513

Onze propositions pour l’Europe

Au Parlement européen, les députés communistes se battrons pour des mesures à négocier dans un nouveau traité européen de progrès social, incompatible avec une constitution ultra-libérale :
mettre la suppression du chômage au coeur du «modèle social européen» : développer une «Sécu» pour l’emploi et la formation
abondonner le pacte de stabilité et organiser la relance concertée des dépenses publiques et sociales
favoriser une agriculture paysanne et durable qui rémunère ses travailleurs et profite aux consommateurs, la libérer du diktat de l’industrie agroalimentaire
laugmenter l’aide au développement des régions et la répartir équitablement en aidant plus celles qui en ont besoin
faire du développement des services publics un principe inscrit dans le traité européen
réduire, de façon concertée, la durée du travail dans tous les pays de l’Union
réglementer strictement en Europe le travail précaire, les licenciements collectifs et les délocalisations
adopter la règle de l’harmonisation des droits sociaux par le haut et inscrire dans le traité le principe de «non-régression» des acquis sociaux nationaux
faire du développement des droits de la personne un objectif essentiel de l’Union, notamment droits des femmes ; protection de l’enfance ; droits des migrant (e)s ; lutte contre le racisme, l’antisémitisme et toutes les discriminations ; libertés publiques
réformer les institutions selon les principes de la démocratie participative et de l’élargissement de la citoyenneté
rompre avec les logiques atlantistes et mettre toute la force de l’Europe au service de la paix, du co-développement et d’un ordre mondial juste

Humeurs

Humeurs européennes
M. Mandelli, adjoint au maire de Troyes pour les petites choses de la vie quotidienne, vient d'être désigné candidat sur la liste UMP aux Européennes. Certains de ses amis politiques se sont demandé, pourquoi lui plus qu'un autre. Sorte de jalousie bien compréhensible de la part de ceux qui connaissent la constitution européenne sur le bout du doigt et l'œuvre de Robert Schuman, canonisable d'ici peu.
La réponse vient d'être donnée par le chef de l'UMP : "Notre ami Mandelli a été désigné pour bons et loyaux services rendus".
Tout cela est normal. Il faut dans une armée un chef et des soldats. Un soldat qui pense c'est une bataille perdue. Un soldat médaillé, c’est un grognard repu.
J'avais autrefois un instituteur qui avait récompensé je ne sais plus quel cancre au fond de la classe. Il l'avait envoyé chercher du charbon pour le poêle, sortie périscolaire convoitée par tous. Son talent reconnu ce jour-là était d'avoir bien ciré les chaussures du maître.

Malicette

L'AFMD présente MEMOIRE VIVANTE
Evocation avec : LES OCTAVES
Associée à la chorégraphie d'Eric Coll
«ETOILE DE DAVID» Au THEATRE DE LA MADELEINE
Le SAMEDI 5 JUIN à 20 H 45 - Prix 10 €
Les billets peuvent être retirés à la Garrigue,
78 rue G. Clemenceau. 03 25 73 32 96

Le Conseil général au secours de l’Estac et des actionnaires

L’Estac enregistrait avant la réunion de la commission permanente du Conseil général du 24 mai, un trou financier qui pouvait être estimé à 3 millions d’euros environ. (20 millions de francs).
C’est pour boucher ce trou que les Conseillers généraux se sont réunis à la hâte, c’est-à-dire la veille de l’audition de l’Estac devant la DNCG (Direction Nationale du Contrôle de gestion.des clubs professionnels).
Ainsi en quelques minutes, les élus aubois ont dû émettre un avis et prendre une décision sur la base d’un rapport remis à l’ouverture de la commission permanente. Celle-ci fut prise par la majorité de l’assemblée départementale. Les élus communistes avec leurs collègues de l’opposition se sont abstenus pour plusieurs raisons :
Ils ont en effet estimé que les causes réelles du déficit n’avaient pas été exposées. Bien sûr comme pour les entreprises privées, il leur fut répondu qu’il n’appartenait pas au Conseil général de s’immiscer dans les comptes du club. Pourtant quelle est la part de responsabilité des principaux dirigeants et actionnaires de l’Estac dans cette situation ? Les élus qui ont puisé trois millions d’euros dans les caisses du Conseil général n’en sauront rien. Quand le président parle et décide surtout, on ne bronche pas.
3 millions d’euros
pour un terrain
estimé à 325 000 euros
Ajoutons encore que les trois millions d’euros accordés à l’Estac ne représentent pas la valeur réelle actuelle

des 6,5 hectares de terrain acheté au club. En effet, les services des domaines les avaient estimé à 5 euros le M2 alors que l’acquisition s’est réalisée à 46 euros le M2, soit près de dix fois le prix de sa valeur actuelle.
Le Conseil général va donc débourser trois millions d’euros pour un terrain estimé à 325 000 €. Bien sûr, au terme de la révision du POS qui sera transformé en PLU, ce terrain va devenir constructible. Mais à ce coût, s’ajoutera celui de la viabilisation (rues, réseaux et autres...).
C’est pourquoi, les élus de l’opposition ont émis de sérieux doutes sur le fait que cette opération ne coûterait rien aux contribuables aubois. Or, pour faire admettre cette différence entre le coût réel et celui de l’acquisition, il fut indiqué la nécessité de répondre à un besoin d’habitations permettant d’accueillir des cadres et une population aisée dans le département. Alors si la recherche de sponsors pour l’Estac avait abouti comment le Conseil général aurait répondu à cette soi disante attente demanda Joë Triché. Visiblement jusque là, cela ne semblait être le souci premier du président du Conseil général et de sa majorité. Non, l’objectif est avant tout de sortir l’Estac et ses actionnaires d’une situation bien délicate. Tout le reste pour l’instant n’est qu’habillage pour faire admettre la décision prise. D’autre part, l‘élu communiste ne manqua également de rappeler que la majorité du Conseil général n’est pas aussi généreuse quand il s’agit de répondre aux demandes de la vie associative comme les clubs sportifs amateurs par exemple.


LDA

Sur notre photo, Jacques Moroy, Fabienne Pourre et Anna Zajac.
Romilly-sur-Seine

Le PCF investit la Boule d’Or

Mercredi 26 mai, il y avait beaucoup de monde au 66 rue de la boule d’Or, siège des nouveaux locaux de la section de Romilly du Parti communiste français.
Les communistes de cette ville ont en effet profité de la venue de Fabienne Pourre, chef de file de la liste du PCF aux élections européennes pour la région Grand Est pour procéder à l’inauguration de ce nouveau siège.
Beaucoup de militants, mais aussi des représentants de la section locale du PS et du MRC étaient présents à cette initiative. Ainsi, après le succès de leur candidat, 54,6% aux cantonales, les communistes ont maintenant pignon sur rue dans l’artère principale de Romilly, presqu’en face de l’Est Eclair...
Le 1er parti en nombre d’adhérents et en résultats électoraux
C’est donc dans des locaux clairs et accueillants que Jacques Moroy, le secrétaire de la section du PCF prononça les quelques mots de bienvenue.
«Ce nouveau siège est à la mesure de notre représentativité à Romilly. Nous sommes ici le premier parti en nombre d’adhérents et en résultats électoraux.
Pourtant, nous avons en permanence à faire face au déchaînement anti-communiste. On l’a encore vu

récemment.aux élections cantonales où l’Est-Eclair a été en première ligne». Un ancrage gagné grâce à un travail de terrain proche des préoccupations de la population et au dévouement des militants. Pour Jacques Moroy, cela permet de faire barrage à la politique anti sociale du gouvernement Raffarin aggravée localement par la politique de la municipalité de droite conduite par Cartelet et Auzols qui ont augmenté les impôts et supprimé des services. Au cours de son propos, il ne manqua pas de souligner le travail bénévole des militants qui ont consacré du temps pour rendre ces locaux agréables.
Fabienne Pourre rappela quant à elle que «participer à l’inauguration d’un local d’une section du PCF, c’est toujours un vrai bonheur. Ce local doit être un lien entre les militants et les élus, je souhaite qu’il devienne un lieu d’ouverture, de rencontres et de débats. Le PCF doit compter dans la vie politique de notre pays, c’est le parti de la transormation sociale». Le verre de l’amitié conclua cette initiative à laquelle participaient JPierre Cornevin, secrétaire départemental du PCF et Anna Zajac, candidate sur la liste conduite par Fabienne Pourre..

Pique-nique militant

Samedi 26 juin à partir de 12 h 30
à BLAINCOURT
Pique-nique militant
Samedi midi et soir
Possibilité de camper sur place
Prix : 12 € par personne - de 10 ans : 8 €
Une initiative organisée par la section
du PCF de Brienne- le-Château
Réservation et inscription
à adresser : PCF - 22 ter av. A. France - TROYES

/spip.php?article1732