La Dépêche de l'Aube n°661 du Jeudi 23 mai 2002.......La Dépêche de l'Aube n°661 du Jeudi 23 mai 2002

La dépêche de l'Aube n°661 du Jeudi 23 mai 2002

Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur XRECHERCHE
Pour rechercher des informations dans le site de La Dépêche de l'Aube et ses archives.
Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur ATOMZ

Elections législatives
9 & 16 juin 2002 Pour une gauche qui entend et qui change : votez communiste !

 

Anna Zajac 1ère circonscription
Jean-Pierre Cornevin 2ème circonscription
Joë Triché 3ème circonscription
Le 5 mai, nous avons ensemble fait barrage à l'extrême droite. Les 9 et 16 juin, rassemblons-nous pour battre la droite autour des exigences de justice sociale, de respect et de dignité pour chacune et chacun, de progrès des droits et des libertés pour toutes et pour tous.
Battre la droite et l’extrême-droite


Un grand patron licencieur à Bercy, c'est tout un programme ! Le gouvernement de droite mis en place par Chirac, c'est l'ultra libéralisme en actes. C'est le Medef aux commandes. Avec lui, on sait ce qui nous attend: la privatisation des services publics, jusqu'à la SNCF comme en Grande-Bretagne, des coupes ravageuses dans le budget de l'État, moins pour l'école, moins pour la santé. La Sécurité sociale livrée aux assureurs, le départ en retraite de plus en plus tard, le temps de travail rallongé et précarisé à l'extrême, les jeunes sans avenir. C'est la Bourse contre la vie. Voter communiste, c'est voter pour battre la droite, sans tergiverser, et faire barrage à l’extrême-droite.
Les communistes ont entendu vos exigences
Le 21 avril, vous avez dit ce que vous voulez, ce que vous exigez :
Assez de pauvreté, de chômage, de bas salaires, de minima sociaux misérables, d'insécurités de toutes sortes, de mal vivre dans nos cités, nos villes ! Nous voulons vivre enfin !
Assez de souffrir au travail par trop de pressions, d'exigences et d'autoritarisme ! Un travail pour chacun, respect et dignité pour tous ! La démocratie, là aussi !
Assez de reculs, de flexibilité, de précarité, de privatisations au nom de la concurrence, du “marché”, de Bruxelles ! Nous voulons être maîtres de nos vies !
Assez de mépris à l'égard du peuple ! Souveraineté populaire en France et en Europe ! Rassemblons-nous, avec le vote communiste, pour imposer ces exigences.
Construire à gauche un rassemblement combatif, antilibéral, courageux
La gauche plurielle, dominée par un PS rallié aux options social-libérales, n'a pas su, pas voulu entendre les souffrances, les exigences de notre peuple. La sanction et venue. Nous avons entendu le message. Attaquons-nous à ce problème, à ce verrou qui conduit à chaque fois la gauche dans le mur. Sans une gauche rassemblée, pas de victoire possible contre la droite. Mais si elle ne change pas, la gauche échouera de nouveau. Sans un rassemblement déterminé contre le libéralisme, la loi des marchés, les égoïsmes de classe, les dominations de tous ordres, la gauche nouvelle ne sera pas au niveau des besoins et des exigences.
Une grande force existe dans notre peuple,
elle a besoin d'un Parti communiste à la hauteur. Depuis le 21 avril, un mouvement extraordinaire s'est levé dans la rue et dans les urnes. Notre pays a besoin que ce mouvement trouve une expression politique qui lui corresponde. Pour cela, c'est l'ensemble de la gauche, toutes les forces de progrès qui doivent avoir le courage de se remettre en cause. Le Parti communiste est décidé à prendre sa part, pour lui-même, de cette transformation d'ensemble. Aujourd'hui affaibli, il a été cette grande force populaire, protestataire, combative et constructive. Les hommes et les femmes communistes ont décidé de beaucoup changer dans leurs pratiques pour être de nouveau, dans les conditions d'aujourd'hui, à la hauteur des défis que nous lance ce capitalisme mondialisé.
Le 9 juin, en votant Anna Zajac, Jean-Pierre Cornevin et Joë Triché, soutenons cette volonté politique !

Joë Triché au Conseil Général
“Il faut écouter le message des urnes en répondant aux attentes sociales”

L’intervention du Conseiller général communiste lors de la session de 21 mai.
«L'extrême-droite à plus de 23% dans notre département, c'est-à-dire cinq points de plus que son résultat national, a suscité une profonde émotion et inquiétudes chez les démocrates et républicains de notre pays et, bien sûr, dans l'Aube.
Dès le soir du 21 avril, face à ce “séisme” politique que connaissait notre pays, le Parti communiste, fidèle à ses combats de toujours contre l'extrême-droite et ses idées racistes et xénophobes, a pris ses responsabilités en indiquant aux électrices et aux électeurs qu'il fallait utiliser le bulletin de vote Jacques Chirac, pour faire barrage à Le Pen.
Ainsi, le 5 mai, une première étape a été franchie, mais tous ici ne nous considérons pas pour autant quittes de cette question. En effet, 5,5 millions d'électrices et d'électeurs ont, au second tour de la présidentielle, confirmé leur vote pour un parti extrémiste fascisant. Derrière ces votes, comme derrière d'autres qui se sont exprimés le 21 avril, comme c'est le cas d'une partie des abstentionnistes, il y a l'expression de formidables souffrances et l'attente de réponses sociales en matière de condition de vie, d'emploi.
Il y a un formidable appel à l'égard des partis politiques pour qu'ils entendent et prennent en compte ces divers messages qu'il ne faudrait pas seulement réduire aux problèmes d'insécurité. Même s'il faut prendre des mesures d'urgence pour la combattre afin de garantir à chaque individu le droit à la sécurité, il faut aussi s'attaquer aux causes profondes qui la génère, à savoir

l'insécurité sociale, la casse de l'emploi industriel dans notre département avec les délocalisations de productions dans les pays à bas salaires.
Cette question de l'insécurité sociale devrait mobiliser toute notre société, bien sûr l'Etat, mais aussi toutes les assemblées au travers de leur budget. Par exemple, au niveau qui est le nôtre, allons-nous, allez-vous entendre M. le Président, le message des urnes des 21 avril et 5 mai ? Votre politique ne devrait-elle pas faire l'objet de quelques inflexions pour mieux prendre en compte les attentes sociales ? N'avons-nous pas la responsabilité au niveau du Conseil général, avec bien évidemment les moyens financiers qui sont les nôtres, d'adresser un message fort à la population auboise en lui indiquant, par l'adoption de dispositions nouvelles, que l'assemblée départementale n'est pas indifférente au message des urnes ?
Je pense, par exemple, à notre demande pour les collèges de ZEP, à la mise en place d'une aide aux familles pour la restauration scolaire des collégiens, à la vie associative.
M. le Président, notre session est consacrée à l'examen du compte administratif et à la DM1. Avec ces deux rapports, nous avons la démonstration que notre assemblée dispose des moyens financiers pour mettre en œuvre ces propositions et ainsi pour montrer aux habitants de notre département que nous les avons entendus.»

Forum citoyen avec Joë Triché & M.F. Pautras
vendredi 31 mai à Romilly
Vendredi 31 mai à 20 heures "Centre aéré de la Béchère" à Romilly
Pour battre la droite et faire reculer l’extrême-droite
Pour changer la vie et la politique avec une gauche différente, vraiment
transformatrice, franchement antilibérale.
Pour une gauche à l’écoute des citoyens
3ème circonscription Agenda de campagne
Villenauxe-la-Grande
Réunion publique Lundi 3 juin à 20 heures
Mairie de Villenauxe-la-Grande
Point de rencontre sur le marché Vendredi 31 mai
Nogent-sur-Seine
Réunion publique Mardi 4 juin à 18 heures 30 Salle du théâtre
Point de rencontre sur le marché Samedi 1er juin
Sainte-Savine
Réunion publique Mercredi 5 juin à 18 heures 30 Salle de La Chapelle du Parc
La Chapelle-Saint-Luc
Réunion publique Jeudi 6 juin à 18 heures 30 Espace Brossolette à La Chapelle-Saint-Luc

Humeurs
Tocsin

e n’en suis pas remis de l’entre deux tours. Tous les médias s’étaient campés à défendre la démocratie outragée par Le Pen. Candide comme je suis, j’étais diablement content. On ressortait toutes ses turpitudes : un richard à milliards qui proposait une croisade contre les riches. Tartuffe. Un magouilleur de première parlant comme un curé sur l’autel. Tartuffe encore. Un dirigeant politique maintes fois condamné pour racisme, diffamation, négationnisme et prétendant que tous les autres partis sont tous pourris. Tartuffe toujours.
Je n’en suis pas remis car tout ça nous a conduit à quoi ? Un noyau de lepénistes “Nous contre tous” s’est constitué, plus arrogant que jamais. Et puis subitement, la fièvre est retombée, on n’entend plus les journalistes, à croire que la démocratie est sauvée. Pas du tout, elle est fragilisée, même si on a le 5 mai reconstitué un semblant de collectif de valeurs.
Car ce n’est pas seulement la crise économique qui nourrit le score du F.N, mais aussi la crise du sens, celle des repères et des valeurs. Une morale, une sauce qui lierait les gens, un objectif commun, un idéal quoi, cela n’existe plus, semble-t-il. La valeur “éducation” en a pris un coup ainsi que la valeur “travail”. Perdre son emploi, c’est, perdre une famille et c’est perdre son utilité sociale, presque une mission.
Le vote FN c’est une sonnette d’alarme. Le tocsin sonne. Reconstruisons la cité avec des murs solides de liberté, de fraternité, de combats. N’oublions pas les chansons, s’il vous plait. La peur doit changer de camp.

Jean Lefevre

Ecoutez-voir ....

Paresse ?
Mon gamin, qu’est-ce qu’il travaille bien à l’école. Il est à la fac. Tellement il travaille bien, on lui a donné une bourse, 2000 par mois. Ça nous aide un peu. C’est que je suis seule avec mes deux gosses. La plus jeune va au Lycée. Le grand est courageux. Il m’a dit, maman, cet été je cherche du travail pour juillet, août. Ça me paiera des vacances. On lui a trouvé un job à l’hôpital. Du boulot pas très cool. Ereintant. Il a ramené 14000. Il était heureux comme un coq.
C’était l’an dernier, ce boulot. On a déclaré aux impôts. Normal. Mais depuis, la bourse a diminué de moitié. Faites le compte : avec 2000 par mois, il ramenait 24 000 F. Main-tenant, avec 1000 et son salaire il ramène 26 000 F. Autant dire qu’il a travaillé 2 mois, pour 1000 F par mois. Sans compter que j’ai payé des impôts pour la première fois. On encourage la paresse ou quoi ?

Malicette

Souscription nationale
La mobilisation porte ses fruits

67.000 Frs collectés depuis le 24 avril, auxquels s’ajoutent les 26.000 Frs versés depuis le 1er janvier. C’est donc 93.000 Frs qui ont, au total été versés à la souscription par les communistes et leurs ami-es. L’objectif de notre fédération [100.000 Frs] sera atteint, nous n’en doutons pas, dans les tous prochains jours. C’est formidable, mais la mobilisation ne doit surtout pas faiblir, bien au contraire !
Les communistes aubois ont décidé, au vu des propositions inacceptables et suicidaires du PS, des Verts et du PRG, de présenter des candidats dans les trois circonscriptions de l’Aube. Trois semaines nous séparent du 1er tour des législatives et nous allons engager toutes nos forces dans cette bataille pour battre la droite et faire valoir nos propositions pour

construire une gauche différente, vraiment transformatrice et franchement antili-bérale. Tous les militants doivent donc se mobiliser pour permettre à nos candidat d’effectuer le meilleur score possible. Au-delà des 100.000 Frs de notre objectif national, toutes les sommes versées à la souscription reviendront à notre fédération et permettront de couvrir les frais de campagne de nos trois candidats. C’est dire que l’heure n’est pas venue de relâcher notre mobilisation financière, mais au contraire d’amplifier l’élan que nous ressentons depuis plusieurs semaines et qui traduit la volonté exprimée de voir le PCF jouer pleinement le rôle politique qui lui revient

JE VERSE :
Nom - prénom :
Adresse :Localité :

Libellez-vos chèques à l’ordre de l’Association nationale de financement du PCF et adressez-les au PCF 16-18, rue du Palais de Justice 10000 - TROYES.
Conformément à la loi, un reçu ouvrant droit à la déduction fiscale vous sera adressé.

Marie-George Buffet, secrétaire nationale du PCF : “reconstruire une nouvelle espérance.

Marie-George Buffet, secrétaire nationale du PCF.


“reconstruire une nouvelle espérance”

L’avenir de la gauche et celui du Parti communiste français : deux questions “dans l’air du temps” auxquelles répond la secrétaire nationale du PCF, Marie-George Buffet.
Quel avenir pour la gauche ?
“La gauche plurielle a échoué parce qu'elle est restée sourde aux attentes, aux souffrances, aux angoisses de notre peuple. Elle ne s'est pas donnée les moyens d'une profonde transformation. Toutes les forces de gauche doivent tirer les leçons de cet échec et se remettre en question. A mon sens, le seul avenir est celui d'une gauche transformée pour être mieux transformatrice. Il va lui falloir notamment bien prendre en compte ce que signifie cette mobilisation exceptionnelle des jeunes depuis le 21 avril. Ces jeunes, qu'on disait désenchantés, ont su faire lever le vent de la révolte. Pour beaucoup d'entre eux et elles, cette période restera celle de l'entrée en politique. Cette irruption est un fait majeur. C'est aussi une responsabilité immense pour la gauche que de parvenir à se transformer, à transformer la politique pour que celle-ci corresponde mieux aux attentes et aux pratiques de ces millions de jeunes. Enfin, si la gauche doit se remettre en question, en revanche, je ne vois

pas d'avenir du côté de la droite pour les attentes des jeunes et de la société dans son ensemble. Rappelons-nous ses idées, son bilan et son programme.”
Quel avenir pour le Parti communiste ?
“C'est de faire vivre un projet, une visée communiste qui porte une nouvelle manière de faire de la politique. C'est à ce prix que les femmes et les hommes, les jeunes, feront l'expérience de son utilité pour changer durablement leur vie. Notre avenir, ce sont tous les combats à mener contre la droite. Ce sont toutes ces urgences à agir contre les injustices, les souffrances, la précarité, contre toutes les formes de discrimination. C'est notre féminisme, c'est cette exigence de citoyenneté active, c'est cette planète qu'il faut remettre à l'endroit, ce sont ces valeurs de générosité, de partage, de “tous ensemble” si identitaires de notre engagement. Notre situation appelle à un vaste examen critique. Elle appelle aussi à inventer, à prendre des initiatives fortes pour que toutes celles et ceux qui souhaitent un avenir en rupture avec le libéralisme puissent reconstruire ensemble une nouvelle espérance”

Dans le monde, un enfant sur six est contraint au travail.

Une mesure socialement injuste

L'organisation internationale du Travail (OIT) a publié, le 6 mai, l'étude la plus approfondie sur la question des enfants exploités.
L'OIT évalue à 246 millions le nombre d'enfants de 5 à 17 ans astreints au travail dans les pays en voie de développement, contre 250 millions en 1995. C'est la région Asie-Pacifique qui compte le plus grand nombre d'enfants contraints de travailler : 127 millions. Viennent ensuite l'Afrique subsaharienne avec 48 millions, l'Amérique latine avec 17,4 millions, le Moyen-Orient et l'Afrique du nord avec 13,4 millions. L'OIT chiffre à 2,5 millions le nombre d'enfants travaillant dans les pays industrialisés et à 2,4 millions le nombre d'enfants travaillant dans l'ancien bloc soviétique.
Même si la situation s'est un peu améliorée ces dernières années, l'OIT estime que l'absence de statistiques fiables sur le travail des enfants constitue toujours l'un des principaux obstacles à son abolition. Parmi toutes ces "petites mains" âgées de moins de 17 ans, près de 179 millions d'enfants sont soumis à ce que l'OIT qualifie de "pires formes de travail". Celles qui mettent en danger la santé physique ou mentales. Un chiffre plus dramatique que ce croyait l'OIT. Et près de 9 millions d'enfants vivent en situation d'esclavage ou dans des conditions analogues, telles que la vente et la traite des enfants...
Le rapport insiste sur un phénomène qui ne cesse de s'aggraver : l'exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales. "Nous ne pourrons combattre ces pires formes de travail qui si ce sujet devient le principal objectif de tous les pays. Ce qui est loin

d'être le cas", estime Juan Somavia, directeur général de l'OIT. La convention n°138 de l'OIT sur le travail des enfants a été ratifiée par 116 pays (les États-Unis ne figurent pas dans la liste). L'OIT y voit un signe de volonté politique. Signer une convention, c'est aussi une obligation d'action et de résultats. Les pays doivent faire des rapports tous les deux ans, montrer leurs avancées.
Les pays riches reconnaissent enfin l'exploitation des enfants
C'est en Europe du Sud que le travail des enfants de 5 à 14 ans est le plus répandu. Les États-Unis ne sont pas en reste avec un triste constat, 120 000 adolescents de 15 à 17 ans y représentent 7% de la main d'oeuvre agricole
Quant à l'exploitation sexuelle des enfants et adolescents dans les pays industrialisés, elle touche avant tout ceux qui sont issus de groupes d'autochtones ou d'étrangers. Mme Marie-Thérèse Hermangue, députée européenne, est chargée de présenter cent propositions françaises. Ces propositions, publiées par la Documentation française sous le titre “Les enfants d'abord”, prennent en compte un certain nombre de thèmes tels que la santé, l'illettrisme, la pauvreté, l'exploitation sexuelle et le travail, la délinquance. Pour l'OIT, qui veut abolir "les pires formes de travail des enfant" cette exploitation n'est pas une fatalité, comme ne doit pas l’être le fait, qu’aujourd’hui, un enfant sur six soit contraint au travail !

 

La SO MU CO organise une action pour obtenir une réduction d’impôt
pour les adhérents à une mutuelle complémentaire santé.

QUE DIRIEZ-VOUS D'UNE REDUCTION D'IMPOT ?

Vous êtes adhérents, pour vous et votre famille, à une mutuelle complémentaire santé. Des déductions fiscales sont accordées dans le domaine de l'épargne, de l'immobilier, de la transmission du patrimoine, de la politique familiale et depuis peu de l'emploi. Pourquoi exclure l'adhésion à une mutuelle santé du champ des incitations fiscales ?
Et pourquoi exclure la moitié des Français de ce droit alors que l'autre moitié en bénéficie déjà ? Permettre à tous d'acquérir, dans les meilleures conditions, une vraie mutuelle santé véritablement solidaire, sans discrimination, est aujourd'hui une nécessité. La Mutualité française et les Mutuelles de France proposent que tous les Français actuellement exclus de ce droit bénéficient d'un crédit d'impôt sous la forme d'une diminution d'impôt pour les personnes

imposables et du versement d'une prime compensatoire pour les personnes non imposables.
A l'occasion des prochaines élections, nous demandons à tous les candidats de soutenir cette proposition de la Mutualité française et des Mutuelles de France et de défendre ainsi un système de santé véritablement solidaire. Ensemble, exigeons les mêmes conditions d'accès aux soins pour tous.


Le conseil d'administration de la SO MU CO sera présent sur le marché de Romilly le LUNDI 27 MAI pour vous donner toutes les explications et vous
proposer une pétition afin de recueillir de nombreuses signatures.