La Dépêche de l'Aube n°658 du 2 mai 2002.......La Dépêche de l'Aube n°658 du 2 mai 2002

La dépêche de l'Aube n°658 du Jeudi 2 mai 2002

Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur XRECHERCHE
Pour rechercher des informations dans le site de La Dépêche de l'Aube et ses archives.
Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur ATOMZ

Le 5 mai faire barrage à Le Pen
Alarme !

Dimanche 5 mai 2002
VOTEZ, APPELEZ À VOTER
pour faire barrage à Le Pen
UTILISEZ LE VOTE JACQUES CHIRAC !

Racisme, discriminations, xénophobie, sexisme, homophobie, antisémitisme. Mépris des jeunes. Dédain des handicapés. Ségrégation et nationalisme…
État d'exception dans les villes. Ouverture de camps d'internement pour étrangers. Abrogation de l'IVG. Abrogation du PACS. Peine de mort. Destruction des acquis sociaux. Totale liberté de licenciements.
Suppression de l'impôt sur les fortunes, mise en cause des syndicats, ultra-libéralisme…Casse de l'école laïque et des services publics…
Censure culturelle et médiatique, repli de la France sur elle-même…
Cela s'appelle du fascisme, c'est ce que le milliardaire Le Pen envisage pour la France. La République et la démocratie sont menacées. Personne ne pourra dire: "Je ne savais pas". Aucun-e démocrate, aucun-e progressiste ne peut rester silencieux ou dans l'ambiguïté.
Personne ne doit banaliser. L'abstention, les votes blancs ou nuls favorisent Le Pen !
Le 5 mai, la seule manière efficace de faire barrage à la haine, c'est de mettre dans l'urne le bulletin de vote Jacques Chirac sans rature ni signe distinctif. Rien n'est plus urgent. Le Parti communiste s'adresse à chacune et à chacun d'entre vous, à toutes les associations et à tous les syndicats et partis politiques épris de liberté, de fraternité, d'égalité et de solidarité, de paix.
Quelles que soient nos différences et nos oppositions.

Joë Triché, conseiller général communiste de l'Aube

Déclaration de Joë Triché, conseiller général


Ne prendre aucun risque

 

 

Dimanche, les bulletins blancs ou nuls feront monter le pourcentage de Le Pen !
Un pourcentage élevé de Le Pen lui permettrait d’imposer ses idées à la droite

Faire barrage au Front National, battre Le Pen, mettre son score le plus bas possible : tel est le seul objectif qui doit préoccuper les démocrates le 5 mai.
Le 6, il sera trop tard ! Le danger est trop grand pour la démocratie et nos libertés pour prendre le moindre risque. Nous venons de rendre hommage à Charles Masson, militant communiste fusillé le 18 avril 1942 par les nazis.
Dimanche 28 avril, nous étions présents au monument aux morts pour nous incliner à la mémoire des déportés et internés dans les camps nazis. Le 8 mai, c'est-à-dire trois jours après le second tour de la présidentielle, nous serons à nouveau devant les monuments aux morts pour célébrer la fin de la guerre 39/45, la capitulation de Hitler, la Libération de notre pays avec la démocratie et la liberté retrouvées. Ce combat de nos parents et grands-parents, mené pour nous, pour nos enfants et petits-enfants, au prix de souffrances inouïes et de millions de morts, pensons-y au moment d'effectuer notre choix le 5 mai.
Car Le Pen, c'est le racisme et la xénophobie, c'est la négation de l'existence des chambres à gaz, c'est un recul de civilisation, c'est le capitalisme ultra-libéral avec la démocratie et la liberté en moins. Or, pour lui faire barrage et mettre son résultat au plus bas possible, il n'y a pas d'autre moyen que d'utiliser le

bulletin de vote Chirac. Je suis le premier à le regretter, mais d'ici le 5 mai, nous ne changerons pas cette situation.
On peut comprendre que ce choix n'est pas facile à faire quand on est de gauche car nous n'avons aucune illusion sur la politique qu'il est prêt à conduire et que nous combattrons dès le lendemain du scrutin. Mais le 5 mai, la question essentielle posée à chaque électrice et électeur est bien de repousser et de battre l'extrême-droite.
Attention, chaque abstention ou bulletin blanc, n'étant pas pris en compte, feront monter le pourcentage de Le Pen.
Le moment venu, il faudra bien analyser les raisons qui ont conduit à cette situation ; le rejet de la politique politicienne, les promesses non tenues en sont sans doute une des causes. C'est vrai, au plan national, mais aussi au plan local. Ainsi à Romilly, quand on continue de se réclamer des valeurs de gauche et que l'on prend dans sa municipalité quatre adjoints RPR, on ne contribue pas à la clarté politique. Quand on se fait élire sur un programme et, qu'un an après, on matraque la population, les syndicats et les associations, on conforte le désaveu de la population à l'égard de la politique et de ses représentants

Humeurs

Maths et cécité

Je suis communiste et je voterai Jacques Chirac le 5 mai. Le 5 mai seulement, ne m¹en demandez pas trop. Mais le 5 mai, j’accomplirai ce devoir civique sans me boucher le nez, sans gants de cuisine car ce sera comme un référendum, pour ou contre le fascisme, contre ou pour la démocratie. Et je me dis, que plus Chirac aura de voix, moins il pourra s’en servir à titre personnel et politicien.
Ce sont les mathématiques qui viennent au secours des hésitants. Dans un paquet de 100, il y a 80 Chirac et 20 Le Pen, ça donne 80 % pour la république. Dans le même paquet de 100 supposons qu’il y ait 50 Chirac, 30 dégoûtés qui votent blanc et 20 Le Pen, ça fait 40 % pour le fascisme et l’aventure. Continuez donc à faire le dégoûté et la milice viendra vous réveiller la nuit. «Quand l’orage est sous la grêle, fou qui fait le délicat.»(1)
Mon oncle Hubert a été fusillé à Creney en 1944. À côté de lui le petit Bailly qui n’était pas communiste, plutôt gaulliste sur les bords. Ceux qui tenaient le fusil, en face, étaient des nazis allemands et français, des Bretons, membres de la Légion des Volontaires Français contre le bolchevisme. Pour viser et tirer, ils ont fermé un oeil si vous voyez ce que je veux dire.
Le pire dans ces moments cruciaux c’est de se mettre la tête dans le sable, c’est de fermer les deux yeux.

Jean Lefèvre

(1) Aragon.

Souscription nationale

50.000 F collectés en une semaine !

Près de 50.000 F collectés dans notre fédération en une semaine.
L’appel lancé le 23 avril dernier par le Conseil national du PCF, au lendemain des résultats du scrutin du 1er tour de la présidentielle et du choc qui s’en est suivi, reçoit une réponse à la hauteur des enjeux qui sont posés. Chaque jour des chèques nous parviennent, démontrant ainsi que les communistes n’ont pas l’intention de baisser les bras. Mais ce qui est plus inhabituel, ce sont les appels, au siège de la fédération, de citoyens et de citoyennes qui, comme ils le disent parfois «ne sont pas de notre bord», mais qui souhaitent répondre à cet appel afin que le Parti communiste reste une force active et sur laquelle on peut compter pour défendre les valeurs de justice et de progrès social. Ainsi, M. T., un gaulliste qui verse «en souvenir des communistes fusillés au mont Valérien.». 1,5 millions d’euros doivent être collectés, dont la moitié pour fin mai. Chacun peut contribuer efficacement à cette bataille financière en versant, mais aussi en popularisant l’appel à la souscription autour de lui, dans les initiatives auxquelles il peut prendre part et qui seront nombreuses dans la prochaine période.
Le 1er mai, 25.000 F ont été collectés à Troyes et à Romilly par les communistes qui étaient particulièrement présents aux manifestations et au stand du PCF à la fête Black, Blanc, Beur. La vente du muguet, de l’Huma spéciale et des badges autocollants a aussi été un succès. Poursuivons la mobilisation

JE VERSE :
Nom - prénom :
Adresse :Localité :

Libellez-vos chèques à l’ordre de l’Association nationale de financement du PCF et adressez-les au PCF 16-18, rue du Palais de Justice 10000 - TROYES.
Conformément à la loi, un reçu ouvrant droit à la déduction fiscale vous sera adressé.

Ecoutez-voir

Craintes

M. M.- N. nous adresse un courrier pour nous expliquer son handicap. Il s’en prend d’abord aux médias qui n¹ont pas cessé de parler de l’insécurité et de la délinquance ce qui a fait monter le vote pour Le Pen.
Il est placé sous tutelle et veut vivre le plus dignement possible. Mais il ne peut pas voter ce qui le révolte. Les handicapés sont cependant des citoyens ayant appris les valeurs républicaines. Ils aiment la France, leur pays. Si nous pouvions voter le 5 mai, dit-il, si ce droit nous était redonné, nous pourrions participer à l’élection d¹un président républicain, car si «le candidat indésirable» passait, ce serait la fin de nos droits.
Nous nous sommes souvenus également, en lisant ce courrier, que dans l’Allemagne nazie certains handicapés finissaient leurs jours dans les chambres à gaz. Nous n’en étions qu’au «travail, famille, patrie» de Pétain au reçu de cette lettre, mais depuis Le Pen a utilisé aussi le slogan nazi «socialement de gauche, économiquement de droite et nationalement de France (d’Allemagne disait Hitler).» Toutes les craintes peuvent en effet être permises .

Mardi 7 mai 2002

Rassemblement de soutien à Joseph Seghetto

Mardi 7 mai 2002
à 14 heures
au tribunal de Troyes

Joseph SEGHETTO, Maire-adjoint de Bar-sur-Seine, est attaqué en justice par Mon Logis à la suite d'une information donnée lors d'une réunion du Conseil municipal. Mon Logis s'en prend au droit d'expression démocratique des élus dans le cadre de leur action au sein des institutions de la République. C'est inacceptable !

TOUS ENSEMBLE,
locataires, syndicalistes, élus…
par une forte mobilisation, assurons Joseph SEGHETTO de notre solidarité.

Départ de Bar-sur-Seine à 13 h, place du marché.


Section barséquanaise du PCF

les communistes étaient re-présentés en nombre dans le cortège de la manifestation du 1er mai

 

Premier Mai


Les citoyens en marche

Trois mille manifestants à Troyes, 250 à Romilly, le 1er mai a démontré la forte mobilisation citoyenne pour faire barrage à l’extrême-droite.
Comme partout en France, les communistes étaient représentés en nombre dans le cortège de la manifestation du 1er mai. Banderoles de la fédération, des sections de Brienne et de Bar-sur-Seine à Troyes, banderoles et affiches anti Le Pen à Romilly, vente du traditionnel muguet, de l’Huma spéciale et de badges, appels à la mobilisation financière, de nombreux militants et sympathisants du PCF sont descendus dans la rue pour réaffirmer leur attachement aux valeurs démocratiques de la République. La mobilisation citoyenne, à l’appel des organisations syndicales et des forces de progrès, a été à la hauteur des ambitions et des enjeux : faire barrage à l’extrême-droite dimanche prochain, affirmer que Le Pen n’a aucun droit de s’arroger le «label France», dire fort et clair que le fascisme, nous n’en voulons pas. Après le choc du 21 avril, il faut tout faire, en utilisant dimanche prochain le bulletin de vote Chirac, pour écraser Le Pen au fond des urnes ; tout faire pour dire que la France qu’il propose, celle des inégalités, de la xénophobie, du

repli sur soi, du capitalisme débridé et de la haine, nous n’en voulons pas. Parce que ce n’est pas «notre» France, celle que nos aînés, en payant le prix du sang, ont voulu pour nous. Parce que nous sommes attachés aux valeurs démocratiques et humanistes, au progrès social et à l’émancipation des individus. Tout cela, les manifestant du 1er mai l’ont porté, comme le portent les jeunes et tous ceux qui, jusqu’à dimanche, s’activeront pour enrayer la peste brune

Plus de 3000 personnes  à Troyes

Peine de mort.

Mumia Abu-Jamal
est toujours en danger de mort

Le 18 décembre dernier, la justice fédérale américaine cassait la condamnation à mort de Mumia Abu-Jamal, et reconnaissait des irrégularités lors des délibérations du jury.
Pourtant, Mumia est toujours enfermé dans le couloir de la mort ! Et la justice de Penn-sylvanie refuse d'étudier les nouvelles pièces qui démontrent son innocence. Pour la première fois la justice américaine a reconnu que le procès qui a condamné Mumia à la peine de mort était inique, guidé par des motivations raciales et politiques. Les défenseurs de Mumia ont aujourd'hui accumulé les preuves de son innocence. Ils disposent même du témoignage du véritable coupable, un tueur à gage qui a avoué son crime : pourtant la justice de Pennsylvanie ne cache pas sa volonté de recondamner à mort Mumia Abu-Jamal, sans même rouvrir de procès ! Son argument ? "certains témoignages ont été communiqués hors délai, et la justice n'a pas à les examiner." Il y a donc un délai pour être innocent ? L'espoir a fait place à l'inquiétude : Mumia a été maintenu dans le couloir de la mort, et la justice ne cache même pas sa volonté de reconfirmer la peine de mort. Mumia est donc en grand danger. C'est le meurtre d'un innocent qui se prépare.
La mobilisation internationale peut sauver Mumia
Pour sa part, le Parti communiste, depuis qu'il a eu connaissance de cette injustice, n'a cessé d'agir en vue de rassembler largement contre la sentence qui pèse sur la vie de Mumia, et pour la tenue d'un procès

équitable.
Début avril, un représentant du PCF a apporté aux proches de Mumia la solidarité des communistes. C'est la mobilisation internationale qui a permis d'empêcher par deux fois son exécution. Il faut maintenant amplifier ce mouvement, jusqu'à imposer la justice.
Agissons contre la peine de mort
Mumia Abu-Jamal continue à écrire et témoigner, depuis sa cellule, malgré les brimades qu'on lui impose pour cela. Par ses mots, il est devenu une figure emblématique du combat contre la peine de mort, une autre voix de l'Amérique. En agissant pour Mumia, nous disons également non à ce châtiment d'un autre âge. La peine de mort ne règle rien. Au contraire la mort légale attise et justifie la violence. Il faut agir contre la peine de mort partout dans le monde, et particulièrement aux États-Unis, dernier pays développé à l'appliquer à grande échelle.
Deux millions de citoyens américains - dont près de 4.000 condamnés à mort - sont aujourd'hui en prison : pour la plupart, ils sont noirs et/ou pauvres ! C'est l'ensemble d'une logique ultra-répressive qui est sur la sellette : une logique qui préfère la vengeance à la justice, l'élimination sociale ou physique à la réparation de la faute et à la réhabilitation. Ensemble, marquons notre refus de cette logique qui fait une croix sur des millions de citoyens, cette logique qui mutile l'humanité

Gare de Bar-sur-Aube
Communiqué du syndicat CGT des cheminots de Troyes

La CGT s'interroge quant à la réponse faite par M. Gallois, président de la SNCF, à M. Yann Gaillard, sénateur de l'Aube, concernant la restructuration de la gare de Bar-sur Aube. Dans cette lettre, aucune réponse n’est faite quant aux horaires pour la sécurité des personnes en gare. Seuls les horaires commercial-vente sont évoqués. La CGT rappelle aux usagers que la gare de Bar-sur-Aube sera fermée à la sécurité de 5 h 00 à 8 h 00 et à partir de 15 h 38 ainsi que les samedi, dimanche et fêtes. La CGT rappelle aussi que le service commercial sera absent du lundi au vendredi de 11 h 45 à 14 h 00, et à partir de 19 h00. Le samedi de 13 h 45 à 14 h 00 et à partir de 16 h 30. Le dimanche et jours fériés, la gare sera fermée jusqu'à 12 h 30.
La CGT étant fermement opposée à ce projet qui n'a qu'un moindre profit commercial oubliant volontairement le service public. Les personnes handicapées ou à mobilité réduite ne pourront bénéficier de l'aide de l'agent SNCF que pendant ces périodes. La passerelle est leur seule possibilité car, comme dans toutes gares fermées à la sécurité, la traversée des voies est interdite.
La CGT ne peut accepter un tel laxisme de la part de la SNCF. Le service public n'est pas entièrement assuré au bénéfice de l'entretien des voies. Serait-ce un manque de personnel qui génère une telle situation ? A l'heure du TGV-Est, on ne peut que s'interroger sur l'avenir des départements Aube et Haute-Marne. La CGT rappelle qu'elle demande un chef de gare de journée, comme M. Gallois l'a si bien annoncé par les media, permettant ainsi d'assurer la vente, la sécurité des personnes.


Le secrétaire CGT cheminots
Denis Venuat .