La Dépêche de l'Aube n°746 du Jeudi 8 janvier 2004 La Dépêche de l'Aube n°746 du Jeudi 8 janvier 2004

La dépêche de l'Aube n°746 du Jeudi 8 janvier 2004

Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur XRECHERCHE
Pour rechercher des informations dans le site de La Dépêche de l'Aube et ses archives.
Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur ATOMZ

Contre la casse de l’emploi et des acquis sociaux, rassemblement place de la Mairie à Troyes.  (photo d’archives)
Cette société frappe les plus pauvres Il faut la changer !

Des centaines de milliers d’hommes, de femmes, de jeunes dans notre pays abordent cette nouvelle année avec la colère et l’angoisse en tête.

Leur vie marquée par la précarité, les licenciements, le chômage, était très difficile. Avec les mesures Raffarin/Medef qui s'appliquent au 1er janvier, leur situation se dégradera encore davantage au cours de cette nouvelle année.
Les chômeurs verront leurs indemnités réduites ;
Ceux d'entre eux parvenus en fin de droits plus rapidement, vont se retrouver avec une ASS de plus courte durée et d'un moindre montant, d'autres se retrouveront au RMI vite transformé en RMA avec obligation de travail quasi gratuit pour les patrons ;
Un grand nombre d'Intermittents du spectacle toujours mobilisé pour défendre leurs professions et la culture vivante ne pourrons plus exercer leur talent, leur métier …
Dans le même temps, les licenciements vont s'accroître à proportion des possibilités nouvelles offertes aux patrons de licencier comme bon leur semble.
Raffarin doit retirer ses mesures iniques et suspendre immédiatement la convention Unedic !
Les choix et décisions du gouvernement Raffarin, de la droite et du Medef ont un sens précis : les milliardaires ont vu l'impôt sur les grandes fortunes s'alléger; les actionnaires peuvent désormais sans contrainte licencier pour gagner à la Bourse ; les très riches bénéficient le plus des baisses d'impôts sur le revenu ; les financiers, les multinationales voient leurs pouvoirs sur nos vies grandir. C'est la société libérale du fric, insensible aux souffrances humaines, où le gouvernement ne cesse de vouloir nous faire jouer "le maillon faible" en culpabilisant ses victimes.
Assez de mépris et de sacrifices!
La droite veut mener la France à la baguette, la remettre dans "son" droit chemin, toujours le même chemin, celui du capitalisme.
Oui, nous sommes en résistance contre cette droite particulièrement réactionnaire.
En résistance contre une extrême droite qui de père en fille Le Pen poursuit sa campagne de haine, de repli sur le terreau de la désespérance sociale.
Nous ne voulons pas de cette société d'insécurité sociale et d'autoritarisme, de cette société d'égoïsme et du chacun pour soi.
Nous avons, ensemble, besoin d'un autre avenir
Comment faire obstacle à cette politique, comment ouvrir un nouvel espoir et le construire afin qu'il ne nous déçoive pas demain ?
Des millions d'hommes et de femmes se posent cette question aujourd'hui.
Il et elles ont participé aux mobilisations de ce printemps et de cet été. Participé par milliers aux rassemblements du Forum social européen. Confrontés leurs points de vue, leurs solutions. Pour l'essentiel, ils et elles portent la même réponse : remettre l'être humain au centre du projet social, économique et politique.
Social, en permettant à chacun de disposer de ressources suffisantes pour une vie digne, en inventant un nouveau système assurant à toutes et tous une sécurité d'emploi, de formation et de ressources..
Economique, par un autre usage des richesses crées permettant de les orienter vers les activités socialement utiles.
Politique, en ouvrant aux forces populaires tous les espaces de pouvoir dont elles sont exclues et en conquérant de nouveaux notamment dans les entreprises, dans l'usage des flux d'épargne, des


ressources financières, le fonctionnement des institutions bancaires et de crédit.
Substituer à la confrontation et à la concurrence exacerbée, à la marchandisation de toutes les activités humaines, la justice, la coopération et la solidarité du local au mondial.
Cela appelle une nouvelle manière de faire la politique
La politique de la gauche, faute d'avoir répondu aux attentes qu'elle avait elle-même contribué à susciter, a profondément déçu. Pour qu'à l'avenir, il en aille autrement, il est indispensable que les forces de transformation sociale, les salariés, le peuple s'emparent à nouveau de la politique, en fassent leur affaire et la placent sous leur contrôle en permanence.
C'est à cela que travaillent les communistes, à reconstruire une gauche populaire, antilibérale, combative et déterminée capable d'agir pour changer vraiment, durablement la société, son fonctionnement et ses objectifs.

A compter du 1er janvier 2004


Actuellement le régime d'assurance chômage indemnise 53,7% des chômeurs. Cette proportion tombera à 45,3% en 2004
Actuellement 50% de celle-ci touche moins de 1097 euros, 10% moins de 510 euros par mois.
L'Unedic estimait en mai dernier, que plus de 600 000 personnes verraient leurs droits à indemnisation diminuer de 1 à 7 mois. Les associations de chômeurs estiment que plus de 250 000 personnes, dès le mois de janvier, seront touchées par la baisse de la durée d'indemnisation. 41 000 percevront le RMI (411,70 euros par mois), 40 000 l'allocation de solidarité spécifique (ASS, : 406,80 euros par mois)
L'ASS sans limite de temps jusqu'au 31 décembre2003 est désormais limitée à 2 ans.
150 millions d'euros seront ainsi soustrait aux chômeurs en 2004 et 500 millions en 2005

RMI-RMA
Le pilotage du RMI est confié au 1er janvier au Conseils généraux, et concernait en 2003, 1,109 million de personnes et couvrait 2,1 millions de personnes.
Les Conseils généraux devront également mettre en place le RMA. Celui-ci est destiné aux personnes percevant le RMI depuis plus d'un an, soit 75% des Rmistes. Tout RMIste sera tenu d'accepter un emploi de 20h minimum avec un CDD de 6 mois renouvelable maximum 2 fois.
L'employeur (public ou privé) touchera du département l'équivalent RMI net (forfait-logement déduit) pour célibataire et lui reversera cette somme augmentée de 130 euros pour atteindre un demi-SMIC soit un total de 545 euros.
Le RMAste ne cotisera que sur la base de 130 euros.
Pour ouvrir des droits à la retraite, il faudrait qu'il travaille 160 ans à ce régime

 

 

Voeux de Joë Triché, Conseiller général
Un monde où l’individu humain sera la mesure de toute chose

A l’occasion de la nouvelle année, je vous présente tous mes voeux de bonheur, de santé et de réussite pour vos projets personnels.
Le bonheur pour tous il faut y croire même s'il n'apparaît pas à portée de main pour des millions d'individus en France et sur notre planète. Il faut y croire car jamais il n'y a eu autant de possibilités, richesses, connaissances, progrès scientifiques et technologiques pour résoudre bien des problèmes Le seul obstacle à ce bonheur tant recherché réside dans cette logique insupportable où toute activité humaine doit être source de profits accaparés par les nantis.
Ainsi comment ne pas être frappé par les inégalités qui se creusent dans cette société. Tout récemment les médias viennent d'en faire à nouveau écho. Dans un reportage, la télévision nous a montré le réveillon des milliardaires de la Jet set qui se retrouvent chaque année sur l'Ile St Barthélémy dans les caraïbes. Rendez-vous d'un luxe insolant, cette île leur est tellement familière qu'ils lont surnommée St Barth.
Mais quarante-huit heures après, ces mêmes médias nous rappelaient qu'à compter du 1er janvier les chômeurs allaient voir la durée de leur indemnité réduite de 7 à 8 mois et que 180 000 d'entre eux ne percevraient plus l'allocation spécifique de solidarité. Ces chômeurs qui sont-ils ? Dans l'Aube, pour beaucoup, ils ont fait par leur labeur la renommée de marques prestigieuses dans le textile. Or, après avoir travaillé 20 , 30 et 40 ans, ils se retrouvent en fin de droit comme par exemple des ex salariés de chez Jacquemard. Ainsi dans cette société, des gens ont le droit de tout et d'autres sont en fin de droit. C'est révoltant et écoeurant.


2003 aura été également marqué par les 15 000 victimes supplémentaires de la canicule de cet été qui a été le révélateur des carences de notre système de santé soumis lui aussi aux logiques de la rentabilité. Ce manque de moyens humains dans les hôpitaux a sa traduction à Romilly où il manque quarante postes rien que pour la mise aux normes de trois services. La détermination de la population et des personnels de santé va devoir encore s'exprimer avec force pour arracher la création de ces postes
Penser en ce début d'année à ceux qui souffrent et qui ont le plus besoin, c'est ne pas oublier la tragédie effroyable que vit actuellement le peuple iranien suite au tremblement de terre qui a fait 30 à 50 000 morts et des dizaines de milliers de sans abri. Dans un moment aussi terrible, un peuple doit pouvoir se sentir soutenu par le monde entier. C'est donc tout naturellement que la solidarité internationale s'organise pour venir en aide aux victimes et reconstruire cette région dévastée.
Mais un autre pays a besoin aussi de reconstruction, c'est l'Irak. Busch et Dick Chesney, ceux qui l'ont détruit avec leurs armes de destructions massives s'en occupent paraît-il. De beaux profits en perspective pour leurs sociétés qui sont sur les rangs. Quelle honte cette guerre engagée après un blocus de dix années imposée à ce peuple par les dirigeants des Etats Unis. Une guerre pour des armes de destructions massives qui visiblement n'existaient pas comme l'ont toujours affirmé les inspecteurs de l'ONU.
L'avenir de ce pays doit être l'affaire du peuple irakien. A aucun moment, il ne peut dépendre des troupes d'occupation. Vraiment un autre monde est à inventer et à construire..

 

Marie-Françoise PAUTRAS Conseillère générale
présentera ses voeux aux habitants du canton La Chapelle-St-Luc Les Noës
Mercredi 21 Janvier à 18 H 30
Préau de l’Ecole primaire Bartholdi à La Chapelle St Luc
Une gauche populaire

Les communistes abordent les campagnes électorales qui s’ouvrent dans un esprit très offensif.
Face à une droite qui cogne dur, qui détruit tous les acquis collectifs et une extrême droite à l'affût de la désespérance, beaucoup de gens ont l'impression qu'il n'y a rien à gauche. Les communistes veulent donc prendre une multitude d'initiatives pour ouvrir une perspective, pour que les gens puissent dire qu'existe une gauche populaire qui les représente, fait des propositions répondant à leurs attentes sur l'emploi, les salaires, le logement, les transports.
Cette offensive stratégique a démarré avec les forums : 20 000 personnes réunies, une confrontation publique à laquelle ont participé tous les partis de gauche. Les communistes souhaitent que ces rencontres deviennent une pratique permanente pour qu'émergent de nouvelles propositions, permettant de rassembler les
électeurs qui pensent que la politique ne peut pas changer leur vie et le monde. Beaucoup d'entre eux attendent que des voix s'élèvent pour dire: la gauche mollassonne, ça suffit". Ils en ont assez de cette gauche qui ne tire pas les enseignements du 21 avril;

ils ne veulent pas non plus du sectarisme de l'alliance LO-LCR qui a déjà fermé toutes les portes. Ils ont envie d'une dynamique qui porte des avancées démocratiques, une nouvelle sécurité d'emploi et de formation, qui vise non seulement à défendre les services publics mais à en étendre le champ dans l'intérêt général.
Les communistes veulent aussi être à l'offensive sur l'Europe. Le président de la République considère que l'échec de la conférence intergouvernementale sur la constitution européenne n'est pas une crise. Pour le PCF, au contraire, c'en est une, et importante. Les gouvernements ont débattu uniquement des questions de pouvoir, de représentation. Ils sont tous d'accord pour mener une politique ultra-libérale. Il faut une nouvelle démarche constituante, réinventer des institutions européennes, soumettre de nouvelles propositions pour une Europe sociale et démocratique. Les communistes veulent mener ce débat à gauche et dans la population.

 

Humeurs

Ah ! le progrès
On a eu droit au voile islamique pendant des semaines, puis à la campagne anti-tabac. Les médias savent occuper l'espace. Hors leur point de vue, il n'y a pas de salut. Un tremblement de terre vient-il en Iran semer le malheur ? Les médias s'en saisissent et balaient des ondes et des écrans le voile et la fumée du tabac qu'ils avaient répandus. Puis c'est le crash d'un avion dans la mer Rouge dont on saura le moindre détail d'une technicité bouleversante. Jusqu'à la prochaine vache folle prête à devenir la prochaine vache qui rira plein écran en regardant passer nos trains d'infos et nos folies.
Ainsi va l'info, dont la précision, l'abondance, l'omnipotence ne sert finalement qu'à entretenir notre ignorance sur la vraie vie des gens, ceux qui créent ou se crèvent, rament ou surnagent, luttent pour leur famille, leur commune, leur entreprise, leur pays. Car la France est faite de savants, de travailleurs, de rêveurs habiles et de richesses méconnues des médias.
C'est aussi le cas de tous les moyens modernes électroniques mis à la disposition du public et de l'écolier. J'en use évidemment moi-même, mais je me demande quand je bipe, clique, insère, coupe et colle, formate, tabule, fusionne, textote, interfaçonne, je me demande si je ne deviens pas un peu plus con chaque jour davantage et si je ne désavoue pas mon grand-père qui avait fait le tour de France à pied et dont un des petits secrets du bonheur était de savoir entre autres, fabriquer des sabots.

Janleu

Consommation populaire La ceinture

Les économistes le disent : la consommation en cette période de l’année est restée molle.

La ceinture s'est resserrée d'un cran. Moins de dépenses et plus de prudence. L'INSEE en témoigne, qui constate que la multiplication des contrats précaires et les modifications de l'organisation du travail ont entraîné une très forte hausse de l'insécurité de l'emploi. Les plus frappés: les salariés les plus âgés qui ont plus de cinquante ans et les plus jeunes, ceux qui ont moins de dix ans d'ancienneté. Et comme toujours c'est encore pire pour les femmes. Cette tendance, qui a débuté dans les années soixante-dix, a été encore aggravée depuis que l'UMP, revenue aux commandes, dépèce le droit social de toutes les protections dont bénéficient les salariés.
Cette tendance à la limitation des dépenses est amplifiée par les craintes que suscitent les annonces de ces dernières semaines. Le métier d'enseignant est jugé difficile, les infirmières se sont données à fond durant la canicule pendant que les ministères se doraient la pilule, les pompiers ont lutté héroïquement contre les incendies ? Pas d'augmentation de salaires, décrète leur ministre.
Les cheminots assurent la continuité du service public pendant les ripailles et les réveillons montagnards? Blocage du pouvoir d'achat, promet le président de la SNCF.
Le moteur de la consommation des ménages qui poussait en avant la croissance française est étouffé, privé de carburant. Aussi notre économie s'étiole-t-elle.
Seul, le chômage prospère ? Seul ? Non, du côté du Medef, le champagne sera débouché de bon cœur. 2003 aura été faste, l'équivalent d'une décennie de vaches grasses en une seule année.

Carnet culture

UTT, Rosières : 8 janvier, 19 h Conférence d'Hubert Reeves, "L'avenir de la vie sur la planète".
Orchestre symphonique de l'Aube : V. 16 janvier, 21 h Théâtre de Champagne.
Théâtre de la Madeleine : Mardi 13 janvier, 20 h 30, "Les travaux et les jours" de Michel Vinaver, CDN Dijon-Bourgogne. La pièce dissèque le monde du travail.
-Mardi, jeudi, vendredi 20, 22, 23 janvier, Scolaires et adultes "L'Illustre Molière» de Michel Humbert. La Cie Humbert propose un voyage dans la vie et l'œuvre de J.B.Poquelin.

-Mardi 27 janvier : "Le Poids du ciel" de Sébastien Lefrançois, suite des spectacles donnés au Théâtre G.Philipe de St André sur la danse Hip-Hop. Beau travail pédagogique, acrobatique et artistique.
Théâtre Gérard Philipe : Vendredi 23 et samedi 24 janvier à 20 h 30. Le Théâtre Populaire de Champagne crée "En cas de meurtre" une pièce de Joyce Carol OATES. L'auteur exerce une critique féroce de la télévision actuelle, faisant pénétrer dans tous les foyers sa vision très partiale du monde qui viole les consciences

Abonnement 2004 à la Dépêche de l’Aube
3400 euros collectés en 15 jours
En l’espace de deux semaines 85 camarades et amis-es nous ont fait parvenir leur abonnement et soutien. Nous les remercions vivement. Nous avons calculé que notre journal peut vivre normalement et se développer si tous les lecteurs s’acquittent rapidement de leur abonnement. Avec les échéances électorales qui s’annoncent : cantonales, régionales, européennes, notre journal va être un vecteur important des idées progressistes dont sont porteurs les communistes.
Faites le geste qui sauve. Abonnez-vous !
Riposte à la politique de la droite Elections cantonales et régionales
Les militants du PCF se mobilisent
Assemblées de sections
...ROMILLY-sur-SEINE - Mardi 13 janvier à 18 H 30 Au siège rue de la Boule d’Or
...TROYES - Mercredi 14 janvier à 18 H 22 ter, avenue Anatole-France!