La dépêche de l'Aube n°596 du Jeudi 22 février 2001

Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur XRECHERCHE
Pour rechercher des informations dans le site de La Dépêche de l'Aube et ses archives.
Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur ATOMZ

Elections Municipales

A St André Les Vergers, la gauche plurielle fait déja les preuves de son éfficacité

Largement réélue en 1995 l’équipe de gauche plurielle emmenée par Christian Royer affiche au terme de ce second mandat, un bilan, qui une fois de plus est des plus convaincant. Aux acquis du premier mandat : création de service pour la petite enfance, crêche familliale, halte garderie, revenu minimum étudiant, point service emploi, Conseil Municipal Jeune, ouverture de nouveaux équipements tels que gymnase, Espace Gérard Philipe, La Grange etc.. sontvenus se greffer ces six dernières années : La décentralisation de la restauration scolaire, la modulation des tarifs de restauration en fonction des ressources des familles qui a permis d’aider les parents ne disposant pas de ressources importantes., ( Quand on compare les tarifs de restauration de St André Les Vergers avec ceux des 10 autres communes de l’agglomération, on s’apperçoit que la municipalité dryate pratique les prix les plus bas, pour tous les habitants de la commune.) La ludothèque, la poursuite de la rénovation du stade Jean Bianchi et prochainement, la maison des sociétés. La qualité de la vie associative et culturelle de St André Les Vergers est régulièrement citée en exemple etc, etc... Ce deuxième mandat a vu l’émergence autour de Ch Royer de femmes et d’hommes qui ont acquis une expérience certaine de l’action municipale. Ils vont constituer avec Line Bret, le noyau de la nouvelle équipe. Ils ont réussi à faire de leur diversité une véritable richesse qui est aujourd’hui un gage de réussite et d’éfficacité au service de leur commune. Des Dryates et des Dryats issus de la société civile les ont rejoint pour former la future majorité municipale de St André Les Vergers. Ils représentent ensemble, la modernité, l’action, le dynamisme et la simplicité. Face à la gauche plurielle, la droite la plus conservatrice. A travers les rares prises de parole du chef local de l’opposition, ( il n’intervient qu’a l’occasion du vote du budget pour dire à chaque fois la même chose) on reconnait les recettes classiques de la droite. Celles consistant à gérer une commune comme on gère une entreprise, en s’attaquant systématiquement aux frais de fonctionnement et plus particulièrement aux frais de personnel.Dans cette conception les citoyens sont considérés comme de la clientèle et les plus démunis comme des profiteurs devant systématiquement faire preuve de leur bonne foi avant toute considération. Et on sait ce que donne cette gestion, cette politique lorsqu’on l’applique à l’échelon national. Car moins de frais de personnel, c’est moins d’infirmières, c’est moins d’instituteurs, c’est moins de policiers; moins de frais de fonctionnement, c’est moins de services publics donc moins de services rendus à la population, donc une politique, une gestion qui ne répond pas aux besoins des gens. Cette politique personifiée par le gouvernement Juppé, les français l’on rejeté massivement aux élections législatives de1997 Et voilà ce que propose Mr Balland pour St André Les Vergers. On comprend pourquoi ce dernier tente d’avancer caché. Il avait écrit dans sa déclaration de candidature publiée dans la presse locale que la liste qu’il mènera aux municipales « ne représentera aucune formation ou organisation politique » Mais il se découvrait bien vite en poursuivant ainsi « même si certains membres de notre association sont adhérents, à titre personnel, de partis politiques de la droite », pour ensuite abattre son masque « nous nous opposerons à la gauche plurielle à St André comme ailleurs ». Tout un programme.

Les candidats communistes

à l'élection municipale de Saint André les Vergers

 

Jacques Barry, retraité PTT, 65 ans

Phillipe Bourgeois, commerçant, 38 ans

Jean-Pierre Cornevin, redacteur en chef, 40 ans

Françoise Cuisin, agent de maitrise SNCF, 35 ans

Françoise Graupner, salariée du textile, 41 ans

 

Balland donne le mauvais exemple

Soucieux de vouloir concrêtiser son Statut de chef de l’opposition, Mr Balland a cru bon citer en exemple il y a quelques mois « la bonne gestion de la municipalité de Ste Savine ». Il nous parait donc interressant de regarder en détail ce qui semble être un modèle pour la droite dryate. Certes pour un chef d’entreprise, le bilan financier de Ste Savine peut paraître ‘ compétitif ‘. Les frais de personnels effectivement sont faibles, mais à quel prix ! Quand le maire actuel est entré en fonction, il y avait 96 employés à la commune; ils ne sont plus que 66 aujourd’hui. La restauration scolaire a été privatisée. Prix unique pour les enfants : 21 F70. Rien qu’a ce titre, les Dryats décerneraient une mention à la majorité municipale de gauche plurielle et enverraient M.Balland et ses amis battre campagne à Sainte-Savine. Mais ce n’est pas tout ! Les Frais de fonctionnement sont limités à leur plus juste expression et donc bien évidemment les services rendus à la population suivent : une politique sociale minimale, pas de crèche collective, pas de ludothèque, pas de prime de rentrée scolaire, suppression du voyage des anciens. Les frais de fonctionnement sont comprimés au profit d’investissement “tape à l’oeil”. A Sainte-Savine vous avez les Champs elysées. Seulement il n’y a pas de tribune dans le stade et le gymnase n’est pas entretenu. De nombreux Saviniens à la recherche de bonnes installations sportives viennent à Saint-André-les-Vergers faire du sport. On pourrait penser que tout cela se fait sans augmentation de la fiscalité. Pas du tout augmentation des impôts locaux tous les ans, sauf les années d’échéance électorale. Et pour ceux qui auraient encore un doute sur les bonnes intentions de l’opposition dryate, au cas où elle parviendrait aux affaires de notre commune, je les informe que la municipalité de Sainte-Savine, citée en exemple par M.Balland, avait décidé d’installer des horodateurs au pied des H.L.M. du quartier centre ville. Excusez du peu. Il aura fallu une mobilisation des Saviniens et de l’opposition de gauche pour que le maire retire en catastrophe ce projet scandaleux. ( les horodateurs étaient déjà fixés !)

CAT

Les lacunes de l’opposition dryate

L’opposition dryate se veut très critique ces derniers temps. Il est vrai que si elle veut se faire élire, elle doit montrer qu’elle s’intéresse aux problèmes de la commune. Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Cependant leur démonstration,( pas très constructive d’ailleurs) laisse apparaitre quelques lacunes inquiétantes pour qui veut diriger cette commune. Lors du débat sur le PDU (plan de déplacement urbain),en mars 2000, les conseillers municipaux devaient donner leur avis et approuver cet important document qui fixait les objectifs et les grandes lignes de la politique de transport qui sera menée sur l’agglomération Troyenne dans les dix prochaines années. M. Balland ne s’est pas exprimé sur le sujet. Si cela l’avait interressé peut être aurait-il pu comprendre que depuis 1997, tout projet de piste cyclable doit s’intégrer dans un projet cohérent à l’échelle de l’agglomération Troyenne. C’est à cela que les conseillers communautaires de St andré ont beaucoup travaillé et c’est dans ce cadre qu’il sera proposé aux dryats un projet ambitieux de pistes cyclables. Même remarque concernant la politique économique. M. Balland en est encore à vouloir créer des zones industrielles sur St André Les Vergers. Cette commune a t-elle vocation à devenir cité industrielle. Nous ne pensons pas que les dryats partagent cette ambition ! D’autant que l’opposition devrait savoir que la taxe professionnelle est désormais encaissée par la CAT. Il semble que Mr Balland n’ai pas pris toute la dimmension des nouvelles compétences de la Communauté d’agglomération.

 

HUMEURS

De l'air

La Mer, Ya de la joie, Fleur bleue, les chansons de Trenet sont une invitation à croquer dans le bonheur.(1) C'est un peu d'air pur dans la campagne électorale qui nous délivre quelques tracts débiles, distribués sur les marchés et empestant nos boîtes à lettres, plaques de mazout sur la plage ensoleillée des chansons du Fou chantant. Je ne parle pas seulement du F.N. qui a volé son nom aux Résistants communistes du Front National de 1941 dont les héros furent fusillés par milliers. Le pitre raciste les assassine une seconde fois. L'exemple est suivi d'ailleurs curieusement par les enragés de la CNT, organisation gauchiste antigauche, dont le zèle pousse ses disciples à s'appeler Francs-Tireurs -Partisans. Ces combattants de l'ombre de 1942 étaient justement des rassembleurs, non des sectaires imbéciles. Une autre catégorie inquiète. C'est celle qui, par démagogie, exige " sécurité et tranquillité " dans nos villes (Tiens ! Comme Subtil, le si mal nommé). Elle tartine confitureusement sur la délinquance, réclame, ça va de soi, beaucoup de policiers, mais, comme par hasard, uniquement dans les villes de gauche. C'est ainsi à Saint-André, où un candidat nommé Balland, veut donner " un nouveau souffle " à la ville. Un de ses colistiers avait refusé qu'on débaptise la rue Alexis Carrel, ce savant " fou ", théoricien de l'eugénisme. Quand on n'a pas beaucoup de programme, on n'a pas non plus tellement de conscience. En fait de " nouveau souffle ", la droite ne manque pas d'air.

Jean Lefèvre

(1) " Je fais des chansons comme un pommier des pommes " "(C.Trenet).

 

Michel Duffour

Secrétaire d’état au Patrimoine & à la décentralisation culturelle sera dans l'Aube

Vendredi 2 mars

A Troyes

de 12h à 14h30: déjeûner-débat avec les acteurs culturels & les membres de la liste de la gauche plurielle[Salle Argence] Pour soutenir la liste conduite par Marc Bret

************************************

à Saint-André-Les-Vergers

de 15h30 à 17h00: Visite de chantiers-écoles de rénovation du patrimoine dryat & rencontre à «La Grange» [Espace Gérard Philippe] avec des acteurs & associations culturelles de la commune.

Soutien à la liste de la gauche plurielle conduite par Christian Royer

************************************

à Romilly-sur-Seine

Meeting de soutien à la liste conduite par Joë Triché à 20 h - Salle François Mitterrand avec la participation de RAYMOND FORNI Président de l’Assemblée Nationale

Mardi 20 février 2001

Marie-Georges Buffet

Ministre de la Jeunesse et des Sports était à Romilly sur Seine

Venue soutenir la liste conduite par Joé TRICHE, Marie Georges Buffet a réaffirmé que la Gauche Plurielle n’était pas un slogan politique mais un outil efficace pour agir dans l’intérêt de tous. Pour la ministre communiste, participer au gouvernement de la gauche plurielle n’est pas accepter un accord à minima, mais mettre en valeur les différences pour aller plus loin. Rappelant les réformes à mettre au crédits du gouvernement auquel elle participe sans arrières pensées, libre de ses idées et de ses paroles, elle a insisté sur l’importance de redonner, en votant le 11 Mars, pour les listes de la Gauche Plurielle, un l ‘élan nouveau à cette action.

Jean-Pierre Cornevin qui est également conseiller municipal de Saint-André-Les-Vergers a profité de la venue de la ministre de la jeunesse et des sports pour aborder avec elle le problème que rencontre actuellement le football Club de Saint-André pour l’homogalation de son terrain d’honneur par la ligue regionale. Le dossier est entre de bonnes mains.

Elections cantonales

Renforcer le poids des élus communistes au Conseil général

Présentation officielle, jeudi 15 février dernier, des candidats communistes à l’élection cantonale du 11 mars prochain. Une assistance nombreuse assistait à la réunion publique départementale, organisée à l’occasion du lancement officiel de la campagne du Parti communiste pour les élections cantonales dans l’Aube. Bernard Birsinger, député-maire de Bobigny, avait fait le déplacement de la région parisienne pour apporter son soutien aux candidats communistes et faire part des expériences engagées là où la gauche est majoritaire. Condamner la droite et ses choix politiques Ce fut l’occasion pour Jean-Pierre Cornevin, secrétaire départermental du PCF, d’évoquer les enjeux de ces prochaines échéances: «nous avons l’ambition de gagner de nombreux élus communistes et apparentés qui seront autant de forces et de points d’appui donnés aux aspirations des aubois». En effet, dans une assemblée départementale archidominée par la droite, on imagine combien l’élection de nouveaux conseillers généraux de gauche, et notamment communistes, contribuerait à contrebalancer efficacement l’hégémonie des forces conservatrices qui comptent vingt-sept représentants sur trente-trois. Les élections cantonales représentent «un moment important qui doit permettre, avec son bulletin de vote, de porter un jugement sur les choix opérés par la droite [...] et de se prononcer sur des propositions prenant en compte les attentes de la population auboise à plus de justice sociale, de démocratie et de transparence», comme le rappela Marie-Françoise Pautras, conseillère générale communiste, avant de dénoncer le caractère fondamentalement anti-démocratique du mode de scrutin à cette élection qui fausse la représentativité politique réelle. Alors que l’influence de la droite avoisine les 55% dans notre département, elle est représentée, au sein de l’éxécutif départemental, à hauteur de plus de 80%, en terme de sièges. Une des réformes dont sont donc porteurs les candidats communistes est de modifier ce mode de scrutin pour respecter le vote émis par les électeurs. Et Marie-Françoise Pautras s’estime confiante dans la capacité à mettre en échec la droite, puisqu’elle a déjà perdu deux sièges en 1998, au profit des communistes, avec son élection à La Chapelle-St-Luc et celle de Pierre Rahon à Brienne-Le-Château. Plus d’élus communistes pour influer sur les choix La politique mise en oeuvre par la droite dans l’Aube, on la connaît. C’est une fiscalité par habitant supérieure aux autres départements c’est le refus de condamner et de prendre des mesures contre les délocalisations de productions, c’est subventionner les hôtels quatre étoiles et refuser d’aider les collèges de ZEP comme le demandent les élus communistes, c’est une prestation spécifique dépendance, destinée aux personnes âgées, inférieure dans l’Aube de 20% à la moyenne nationale, c’est une «cagnotte» de 219 MF qui pourrait être utilisée pour plus de social, pour l’éducation, etc. mais qui ne l’est pas, c’est une situation «explosive» en matière de santé publique, comme le rappelait une récente enquête du journal «Sciences et Avenir» ! Tout cela illustre bien la différence entre une collectivité gérée par la droite ou par la gauche, comme l’a remarqué Bernard Birsinger qui n’a pas masqué son étonnement à l’annonce des excédents financiers inutilisés dans l’Aube. Et cela conforte les communistes dans leur volonté d’être les moteurs du changement. Ils sont porteurs de valeurs de gauche, conformes aux attentes des citoyens ; la démocratie participative et la transparence, l’humanisme et la solidarité, la volonté de changements profonds et la proximité, et s’inscrivent dans la dynamique de rassemblement nationale et départementale qui, le 11 mars, dans les communes et au département, pourrait bien battre en brêche la mainmise de la droite auboise sur de nombreux lieux de pouvoir dans l’Aube et contribuer à faire de la politique autrement